Attentats de Paris : le musicien Ibrahim Maalouf, victime de la psychose ?

le , mis à jour le
0
Ibrahim Maalouf, photo d'illustration.
Ibrahim Maalouf, photo d'illustration.

Mardi 17 novembre, Ibrahim Maalouf, musicien franco-libanais de renommée internationale, était attendu pour une journée de promotion à Londres, qui devait se terminer par un concert en compagnie de Manu Katché au Barbican Center. Il a été bloqué pendant plus de deux heures en gare du Nord, au moment d'embarquer dans l'Eurostar, l'occasion pour lui de découvrir qu'il était signalé « Interpol positif ». « Je comprends l'ambiance actuelle et le sentiment de peur qui nous habite tous d'ailleurs, qui peut - et c'est légitime - mener à une forme de paranoïa. Si la police ne fait rien, on dit mais que font-ils pour nous protéger ? Mais s'ils font quelque chose, on leur reproche d'être trop sévères. Je ne leur reproche rien. En revanche, je reproche à Interpol [car j'en suis intimement convaincu] de faire un peu de zèle », a expliqué Ibrahim Maalouf au site Clique.

« De l'abus de pouvoir »

Il raconte également les raisons qui l'ont poussé à s'exprimer : « Je ne souhaitais pas en parler à la presse, ni même à des avocats. Mais exceptionnellement, je vous en parle parce que je trouve qu'il faut assurer notre sécurité, mais sans abus », met-il en garde. « Je pense qu'il y a, depuis la promulgation de l'état d'urgence, des procédés qui doivent dépasser les surveillances habituelles. Et là, je ne suis qu'un dommage collatéral insignifiant? » constate amèrement le trompettiste, qui se...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant