Attentats de Paris : la soirée shit et McDo de Salah Abdeslam

le
0
Alors qu?une bande de copains squatte la cage d?escalier d?une des tours de la cité Vauban à Châtillon, dans les Hauts-de-Seine, un inconnu débarque vers 1 heure du matin. Il s?agit de Salah Abdeslam. Un McDonald?s à la main, il cherche un endroit pour manger, fumer du shit et se reposer.
Alors qu?une bande de copains squatte la cage d?escalier d?une des tours de la cité Vauban à Châtillon, dans les Hauts-de-Seine, un inconnu débarque vers 1 heure du matin. Il s?agit de Salah Abdeslam. Un McDonald?s à la main, il cherche un endroit pour manger, fumer du shit et se reposer.

La scène a quelque chose de surréaliste. Dans la nuit du 13 novembre 2015, quelques heures à peine après les massacres du Bataclan et de la rue de Charonne, Salah Abdeslam, le seul membre vivant des commandos de Paris, a terminé la soirée à fumer et discuter avec une bande de lycéens.

La scène est rapportée par L'Obs. Alors qu'une bande de copains squatte la cage d'escalier d'une des tours de la cité Vauban à Châtillon, dans les Hauts-de-Seine, un inconnu débarque vers 1 heure du matin. Il s'agit de Salah Abdeslam. Un McDonald's à la main, il cherche un endroit pour manger, fumer du shit et se reposer. Ses nouveaux amis d'un soir n'ont aucune idée de l'identité de la personne qui vient de les rejoindre. « Il avait l'air d'un mec normal, qui n'a rien à faire. On a commencé à discuter, il était sympa, alors il est resté avec nous », confie l'un des jeunes présents ce soir-là, que L'Obs est parvenu à retrouver.

Il portait encore son gilet explosif

Au cours de la discussion, les alertes sur le bilan des victimes qui s'alourdit tout au long de la nuit ne cessent de faire vibrer les portables des lycéens. Mais Salah Abdeslam ne laisse rien paraître. Ni exalté, ni atterré, juste « curieux », se souvient le témoin retrouvé par L'Obs. La petite bande s'est séparée vers 4 heures, laissant Salah Abdeslam dormir seul quelques heures avant que des amis ne viennent...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant