Attentats de Paris et Bruxelles : des armes encore cachées en Belgique

le
0
Mohamed Abrini, l'homme au chapeau des attentats de Bruxelles, a révélé aux enquêteurs que des armes liées aux projets terroristes étaient toujours cachées.
Mohamed Abrini, l'homme au chapeau des attentats de Bruxelles, a révélé aux enquêteurs que des armes liées aux projets terroristes étaient toujours cachées.

Près d'un an après les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis et sept mois après ceux de Bruxelles le 22 mars, la police belge recherche encore activement des armes liées à ces deux projets terroristes. Mohamed Abrini, "l'homme au chapeau" de l'aéroport de Zaventem, a en effet indiqué lors d'interrogatoires que des armes et des explosifs des commandos terroristes étaient encore cachées dans un garage en Belgique. C'est le magazine d'investigation Pano, diffusé ce mercredi soir sur la chaîne flamande VRT, qui en fait la révélation après avoir eu accès à certains rapports d'audition.

Interpellé deux semaines après les attentats de Bruxelles, Mohamed Abrini se montre visiblement plus loquace que Salah Adbeslam, détenu en France. Le terroriste a contribué aux préparatifs des attentats du 13 novembre à Paris et a ramené Salah Abdeslam de Paris à Bruxelles au lendemain du 13 novembre. Il s'agit aussi du troisième homme de l'aéroport de Zaventem, celui que l'on désigne comme "l'homme au chapeau". Contrairement aux frères El Bakraoui, il ne s'y était pas fait exploser et avait pris la fuite, avant d'être arrêté le 8 avril.

"Je ne sais pas où il a tout emporté"

Face aux enquêteurs belges, Mohamed Abrini aurait notamment raconté comment s'étaient déroulés les derniers jours dans les planques belges avant le passage à l'acte à Bruxelles. "Nous avons quitté la planque de Jette car...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant