Attentats de Bruxelles : Mohamed Abrini aurait voulu déclencher sa bombe

le
0
Traqué dans le dossier du 13 novembre et inculpé samedi 9 avril pour assassinats terroristes, Mohamed Abrini a avoué être l'homme au chapeau de l'aéroport de Zaventem.
Traqué dans le dossier du 13 novembre et inculpé samedi 9 avril pour assassinats terroristes, Mohamed Abrini a avoué être l'homme au chapeau de l'aéroport de Zaventem.

Que voulait vraiment faire Mohamed Abrini le 22 mars dernier à l'aéroport de Zaventem en Belgique ? Si le troisième terroriste, qui a reconnu être « l'homme au chapeau », a assuré aux policiers belges qu'il avait renoncé à s'être fait exploser, La Dernière Heure affirme ce vendredi sur son site internet que Mohamed Abrini a, en fait, été contraint de quitter l'aéroport sans activer ses explosifs. Le journal belge, qui évoque les images des caméras de surveillance du hall des départs, révèle que l'explosion de la première bombe, suivie d'un mouvement de foule, a obligé Mohamed Abrini à abandonner son projet kamikaze.

Les images montrent l'arrivée à l'aéroport bruxellois de Ibrahim El Bakraoui, de Najim Laachraoui, identifié depuis comme geôlier par d'anciens otages français en Syrie, et de Mohamed Abrini, ami d'enfance de Salah Abdeslam, qui, contrairement à ses deux acolytes, a le visage masqué par un chapeau. Les trois hommes poussent un chariot avec un sac, avant de jeter un oeil au tableau des départs et de se diriger vers les guichets d'enregistrement pour Israël, la Russie et les États-Unis. Le journal précise qu'« on voit même un des terroristes se précipiter pour arriver à temps dans la file d'enregistrement à destination d'Israël ».

Le parquet fédéral ne « confirme pas »

Un des complices de Mohamed Abrini se fait alors exploser, poursuit La Dernière...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant