Attentats de Bruxelles : 8 heures mardi, l'alerte tombe sur l'iPhone de Hollande

le , mis à jour à 10:54
3
Attentats de Bruxelles : 8 heures mardi, l'alerte tombe sur l'iPhone de Hollande
Attentats de Bruxelles : 8 heures mardi, l'alerte tombe sur l'iPhone de Hollande

Au sommet de l'Etat, la « dream team » qui avait affronté les attentats de janvier et novembre 2015 en France s'est très vite reconstituée hier. Comme si, hélas, faire face aux crimes de Daech était devenu un exercice auquel ils sont rompus. Chaque jour, François Hollande, Manuel Valls, Bernard Cazeneuve et Jean-Yves Le Drian voient arriver sur leur bureau des notes alarmantes sur l'arrivée de « professionnels » du terrorisme en 2016. Mardi, le Premier ministre a parlé d'un niveau de menace « encore plus élevé » qu'avant la tragédie du Bataclan. « Nous sommes en guerre », a-t-il rappelé aux Français.

Mardi, vers 8 heures, le président est dans son bureau lorsqu'il découvre une alerte sur son iPhone, qui l'informe des explosions à Bruxelles, quatre jours après la capture de Salah Abdeslam. Il comprend aussitôt qu'il faut rassurer les Français, leur montrer qu'ils sont protégés. Ne pas laisser monter les peurs, alors que la capitale belge n'est qu'à une heure vingt en Thalys... Décision est vite prise de muscler les contrôles des frontières et des transports.

Les téléphones crépitent entre l'Elysée, Matignon, Beauvau et l'Hôtel de Brienne

Les téléphones crépitent entre l'Elysée, Matignon, Beauvau et l'Hôtel de Brienne. Le Drian est prévenu des attaques belges par son officier de sécurité, alors qu'il petit-déjeune avec un autre ministre. A 8 h 15, Cazeneuve travaille ses dossiers Place Beauvau. Son directeur de cabinet fait irruption. « Il faut réunir l'état-major de sécurité dans une heure », intime le ministre de l'Intérieur. En urgence, les directeurs des principaux services sont convoqués (gendarmerie, police, DGSI). Tous se retrouvent à 9 h 25 au « fumoir », autour de la grande table des temps de catastrophe. La dernière fois, c'était pour l'opération visant à débusquer Abdelhamid Abaaoud, pilier présumé des attaques de Paris.

C'est là qu'est élaboré — en un temps ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo il y a 9 mois

    La dream team ! A part Le Drian et Villiers, une équipe de politiciens qui auraient du se consacrer à leur commune (à la rigueur leur canton) et l'Agence France Pravda colporte ce genre d'éléments de langage repris servilement des services de com' de l'Elysée.

  • M5047960 il y a 9 mois

    la "dream team" mdr!! la on voit bien la presse sos à 100%... j'adore le "il comprend qu'il faut rassurer ... et montrer qu'ils sont... ! La dream team du spectacle et des illusions plutôt!

  • g.dupuy il y a 9 mois

    Il fallait réfléchir avant messieurs les politicards,ça fait trente ans que le peuple vous envoie des messages auxquels vous répondez par le mépris et l indiffèrence.