Attentats de Boston : Tsarnaev a plaidé non coupable

le
0
Attentats de Boston : Tsarnaev a plaidé non coupable
Attentats de Boston : Tsarnaev a plaidé non coupable

L'auteur présumé du double attentat de Boston, Djokhar Tsarnaev, a comparu ce mercredi pour la première fois, en présence de certaines victimes, trois mois après les faits.

L'audience au tribunal fédéral de Boston a duré à peine une dizaine de minutes. L'adolescent musulman d'origine tchétchène s'est vu signifier les 30 chefs d'accusation retenus contre lui, dont 17 passibles de la peine de mort ou de la réclusion à perpétuité. Il est notamment accusé d'«utilisation d'une arme de destruction massive ayant causé la mort» et d'«attentat dans un lieu public ayant causé la mort».

Pour tous ces actes, il a plaidé non coupable.

La sécurité a été renforcée pour l'occasion et, tôt mercredi, des barrières métalliques étaient déjà installées devant le bâtiment du tribunal. Certains journalistes étaient arrivés avec plus de 6 heures d'avance, pour être sûrs d'entrer dans la petite salle d'audience numéro 10, au 5ème étage. Considérant l'affluence attendue, une deuxième salle avec retransmission audio et vidéo avait été préparée.

Le début de son procès devrait débuter le 23 septembre.

VIDEO. Tsarnaev sourit à son procès (ABC News)

Unfortunately your browser does not support IFrames.

International News

|

Entertainment

|

Politics

Tsarnaev, jeune homme bien intégré

Djokhar Tsarnaev, naturalisé Américain l'an dernier, vivait depuis 10 ans dans la région de Boston. Il était au moment du drame étudiant sur le campus de l'université du Massachusetts (U-Mass) à Dartmouth, aimait faire la fête et semblait bien intégré.

Il est accusé d'avoir préparé et fait exploser avec son frère aîné Tamerlan, les deux bombes artisanales placées dans des cocottes-minute, remplies de clous et de billes d'acier pour en maximiser les dégâts. Mais il sera seul mercredi devant la juge Marianne Bowler : Tamerlan, 26 ans, le plus radical des deux, qui exerçait apparemment une forte influence sur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant