Attentats dans le Sinaï, deux morts et des dizaines de blessés

le
0

(Actualisé avec nouvel attentat, précisions) LE CAIRE, 10 mars (Reuters) - Un civil a été tué et 30 policiers égyptiens blessés dans un attentat suicide au camion piégé mardi à El Arich, dans le nord du Sinaï, a-t-on appris de sources médicales et proches des services de sécurité. Une bombe a par ailleurs explosé près d'un poste de contrôle routier au sud de la grande ville du Nord-Sinaï, tuant un soldat et en blessant trois autres. Ces attaques ont eu lieu alors que l'Egypte, dont l'économie est à l'agonie, s'apprête à accueillir à la fin de la semaine à Charm el Cheikh, dans le sud du Sinaï, une conférence destinée à encourager les investissements étrangers. Aucune revendication n'a été formulée, mais les extrémistes islamistes de la péninsule multiplient les actes de guérilla depuis l'éviction du président Mohamed Morsi. Issu des Frères musulmans, le premier président égyptien démocratiquement élu a été déposé par l'armée en juillet 2013. La plupart des attaques sont menées par un groupe actif depuis les années 2000, qui s'est d'abord appelé Ansar Baït al Makdis avant de prendre le nom de Province du Sinaï après avoir prêté allégeance à l'organisation djihadiste Etat islamique qui a proclamé un "califat" en Syrie et en Irak. L'armée égyptienne, qui a lancé une vaste offensive dans le nord du Sinaï, notamment près de la frontière avec la bande de Gaza, dit avoir tué des centaines d'extrémistes ces dernières semaines. Mais les violences n'ont pas diminué d'intensité. Lundi, trois soldats égyptiens avaient déjà été tués par l'explosion d'une mine dissimulée au bord d'une route. Mardi, à El Arich, les forces de sécurité ont sans doute évité un bilan bien plus lourd en repérant à temps le camion citerne bourré d'explosifs qui s'apprêtait à forcer l'entrée de la caserne. "Les forces de sécurité étaient en état d'alerte et ont tiré sur le camion sans hésiter, ce qui a entraîné son explosion et la mort du conducteur", a dit le ministère dans l'Intérieur dans un communiqué. Selon lui, la disparition du camion avait été signalée et la police était à sa recherche quand l'attaque s'est produite. (Yousri Mohamed, avec Omar Fahmy et Mostafa Hashem; Jean-Philippe Lefief et Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant