Attentats : ces mesures à prendre d'urgence

le , mis à jour à 13:18
4
Attentats : ces mesures à prendre d'urgence
Attentats : ces mesures à prendre d'urgence

Imaginez 28 personnes autour d'une table. Toutes ne parlent pas la même langue, certaines ont besoin d'interprètes pour être comprises par les autres. « Un tour de table complet prend au moins une heure trente ! nous confie un technocrate européen. Tomber d'accord prend parfois des années, et de temps en temps trois nuits. » Au lendemain des attentats qui ont meurtri Bruxelles, quatre mois après les attaques parisiennes, de nombreuses voix s'élèvent pour évoquer la nécessité de renforcer la coopération entre les différents services de renseignements des Etats membres. Certains n'hésitent pas à brandir l'idée de créer une agence façon FBI européen. Mais pour les spécialistes, ce projet a très peu de chance de voir le jour. « En matière de lutte contre le terrorisme, accorder 28 violons c'est comme faire jouer ensemble un orchestre de sourds », se désole une source sécuritaire. Décryptage.

Faire collaborer des services jaloux de leurs secrets

« Créer une agence de renseignement européenne » : la formule fait mouche, et ressort, comme un mantra, après chaque attentat. Séduisante sur le papier, la mise en oeuvre d'un tel projet est irréaliste à moyen terme. D'abord parce que tous les Etats membres n'ont pas de véritables services. « Mais surtout parce que le renseignement est un élément extrêmement fort de la souveraineté nationale », explique un fin connaisseur du dossier. Les pratiques de ces agents se heurteraient aux intérêts et habitudes des Etats, qui gardent jalousement leurs secrets. La coopération se fait généralement de manière bilatérale, c'est-à-dire d'une capitale à l'autre. Des plates-formes de partage d'informations sécuritaires existent déjà. Le Club de Berne, Interpol, Europol... Un coordinateur de lutte contre le terrorisme — le Belge Gilles de Kerchove — a même été nommé en 2014. De telles structures sont toutefois peu opérationnelles.

En revanche, les services des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • NACHTER il y a 10 mois

    En BELGIQUE 80 % parlent courament FRANCAIS FLAMAND ESPAGNOL ANGLAIS ALLEMANDS les petits Francais sont RIDICULES

  • NACHTER il y a 10 mois

    Aprenez aux petits a parler anglais 999 % des frenchies parlent uniquement le francais pas etonnant que les francais sont absents de tous les grands marches

  • charleco il y a 10 mois

    1ère mesure : quitter l'OTAN. 2ème mesure : rompre avec la politique pro-sioniste.

  • M4189758 il y a 10 mois

    Alors Mr Vals, nous sommes en guerre ? Très bien ! Mais alors, les minutes de silence nous les ferons à la fin de la guerre. Les drapeaux en berne nous les déployons tels des étendards et qu’ils conduisent notre armée frapper là où est l’ennemi au lieu de la voir se pavaner dans nos rues. En résumé : nous voulons moins de guerre d’images et plus d’actes … de guerre. Les mous out !