Attentats anti-US de 1998 en Afrique: un Saoudien reconnu coupable

le
0

NEW YORK, 26 février (Reuters) - Un Saoudien de 52 ans, Khalid al Faouaz, décrit comme l'un des principaux lieutenants du fondateur d'Al Qaïda Oussama ben Laden, a été reconnu coupable jeudi à New York d'implication dans les attentats de 1998 contre les ambassades américaines en Tanzanie et au Kenya. A l'issue de trois jours de délibérations, le jury fédéral l'a reconnu coupable de quatre chefs d'inculpation, pour lesquels il risque la prison à perpétuité. Les attentats islamistes de 1998 dans les capitales kényane et tanzanienne avaient fait 224 morts et plus de 4.000 blessés. Al Faouaz, qui vivait alors à Londres, n'a pas été reconnu coupable d'avoir participé directement à ces attentats mais d'avoir notamment envoyé du matériel aux membres d'Al Qaïda en Afrique. Il aurait aussi dirigé un camp d'entraînement en Afghanistan au début des années 1990. L'un de ses avocats, Bobbi Sternheim, a annoncé qu'il allait faire appel. Arrêté à Londres en 1998, Al Faouaz a été extradé aux Etats-Unis en 2012 à l'issue d'une longue bataille juridique. Il devait être jugé aux côtés du Libyen Abou Anas al Libi et de l'Egyptien Adel Abdoul Bari mais Al Libi, qui était malade, est mort en détention début janvier, avant l'ouverture du procès. Adel Abdoul Bari, qui avait plaidé coupable en septembre dernier, a été condamné ce mois-ci à 25 ans de prison. (Joseph Ax avec Nate Raymond et Jonathan Stempel, Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant