Attentats à Paris - Alain Bauer : "La nouveauté, c'est le côté kamikaze"

le , mis à jour le
0
Alain Bauer, criminologue français, spécialiste des questions de sécurité urbaine. Il a également été grand maître du Grand Orient de France de 2000 à 2003. Paris, FRANCE-30/08/10./Credit:FACELLY/SIPA/1010191137
Alain Bauer, criminologue français, spécialiste des questions de sécurité urbaine. Il a également été grand maître du Grand Orient de France de 2000 à 2003. Paris, FRANCE-30/08/10./Credit:FACELLY/SIPA/1010191137

Alain Bauer, expert et criminologue, a été consulté tant par Nicolas Sarkozy que par Manuel Valls, quand ils étaient ministres de l'Intérieur. Interview.

Le Point.fr : Pouvait-on prévoir ces attentats ?

Alain Bauer : Nous savions depuis déjà plusieurs semaines que l'on faisait face à un risque majeur vers la fin novembre, le début décembre. Il y a une conjonction d'événements qui s'était accélérée avec l'attentat contre l'avion russe. Il y a une sorte de cristallisation des risques qui a été prise en considération. Mais cela ne se passe pas comme imaginé. On ne peut pas tout prévoir tout le temps. Seule l'enquête, quand on aura identifié les auteurs, permettra de savoir si les services ont loupé quelque chose. Et notamment si cela fait partie de la fatalité parce qu'il y a un pourcentage de crimes, d'attentats et d'actions qui est toujours hors de votre contrôle.

On ne peut donc pas tout anticiper...

90 % des attentats sont évités avant qu'ils ne se commettent. Le problème, c'est de passer de 90 % à 99 %. C'est cela qui pose problème. Et cela, en règle générale, quand on découvre comment ils ont eu lieu, on découvre si on aurait pu les empêcher. Dans les renseignements, nous sommes submergés par la qualité de l'information. Nous avons une très bonne capacité de réaction, mais nous avons une...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant