Attentat-suicide anti-Français à Kaboul : un mort et vingt blessés

le
1
Attentat-suicide anti-Français à Kaboul : un mort et vingt blessés
Attentat-suicide anti-Français à Kaboul : un mort et vingt blessés

Tragique ironie. La pièce de théâtre au cours de laquelle un jeune homme de 17 ans a déclenché les explosifs qu'il dissimulait sous ses vêtements à Kaboul (Afghanistan) dénonçait les attentats-suicide. Elle s'intitulait «Battements de c½urs, le silence après l'explosion». Elle avait été initiée par une association allemande, Ipso.

Le bilan s'établit pour le moment à un mort, un citoyen allemand, en plus du kamikaze, et au moins vingt blessés. La victime est une personne de nationalité allemande mais Mohammad Ayoub Salangi, le ministre afghan de l'Intérieur, ignorait hier s'il s'agissait d'un homme ou d'une femme. Le corps du kamikaze a été déchiqueté mais sa tête a été retrouvée intacte, ce qui a permis aux autorités d'indiquer son âge.

A l'approche du retrait de l'Otan d'Afghanistan, la capitale Kaboul connaît un regain de violence contre les forces afghanes et la présence étrangère. L'attentat qui a visé le centre culturel français était le deuxième de la journée après l'explosion contre un bus de militaires afghans dans l'après-midi, qui avait fait six victimes. 

«Une explosion assourdissante»

Au centre culturel, installé dans le complexe du lycée franco-afghan Esteqlal, situé dans l'un des quartiers les plus sécurisés de la ville, le kamikaze s'est fait exploser en fin d'après-midi en haut des escaliers de l'auditorium. S'il l'avait fait au milieu des spectateurs massés dans l'auditorium, le bilan aurait été bien plus lourd. «J'ai entendu une explosion assourdissante. Il y avait des Afghans, des étrangers, des jeunes, filles ou garçons, qui assistaient à la représentation», a raconté à Reuters Sher Ahmad, un militant des droits de l'Homme. «J'ai vu des lambeaux de chair projetés au mur. Des enfants et des femmes appelaient à l'aide. Certains fuyaient, d'autres n'arrivaient qu'à pleurer».

Sur ces images de la pièce, tournées par un média associatif afghan, on entend ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le vendredi 12 déc 2014 à 16:05

    Envoyez 500 Talibans à Guantanamo