Attentat sanglant de Daech au Pakistan : le kamikaze était un adolescent

le
0
Attentat sanglant de Daech au Pakistan : le kamikaze était un adolescent
Attentat sanglant de Daech au Pakistan : le kamikaze était un adolescent

L'attaque-suicide qui a fait 52 morts dans la province du Baloutchistan, dans le sud-ouest du Pakistan, samedi soir, a été menée par un adolescent. Le jeune kamikaze, dont l'âge a été estimé à entre 16 et 18 ans, a actionné sa bombe en pleines célébrations religieuses dans un sanctuaire soufi. Jusqu'à 600 personnes étaient rassemblées sur ce lieu de pèlerinage situé dans une région montagneuse reculée du district de Khuzdar, à environ 760 kilomètres au sud de Quetta. 

 

La déflagration s'est produite au milieu de la foule au sanctuaire de Shah Noorani, un saint du soufisme, branche mystique de l'islam considérée comme hérétique par certains groupes islamistes radicaux, dont les talibans. «Le bilan est de 52 morts et 105 blessés», détaille Anwar Kakar, porte-parole du gouvernement baloutche. «Tous les blessés ont été transférés à l'hôpital dans des ambulances militaires. L'armée occupe le sanctuaire et en a bloqué les accès. Les experts travaillent pour rassembler des preuves», ajoute-t-il.

 

Un survivant de l'explosion, Mohammad Shehzad, âgé de 25 ans, se trouvait sur le site avec un groupe de 120 pèlerins lors du drame. «La déflagration a été si forte que les gens ont été soufflés. Tout le monde courait, hurlait et cherchait sa famille. Les enfants cherchaient leurs mères et pères. D'autres leurs frères et soeurs mais personne n'était là pour entendre leurs cris, témoigne-t-il. D'autres témoins ont déploré que les secours aient mis des heures à arriver en cet endroit éloigné, situé en haut d'une colline à plusieurs km des villages environnants, et doté d'une mauvaise couverture en téléphonie mobile. 

 

«Des corps dispersés partout, surtout des enfants»

 

«Nous avions quitté le sanctuaire à peine cinq minutes avant l'attaque pour aller préparer notre dîner. Depuis l'endroit en hauteur sur une colline où nous nous trouvions, nous pouvions voir trois derviches ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant