Attentat : le tourisme tunisien ébranlé en pleine convalescence

le
0
Attentat : le tourisme tunisien ébranlé en pleine convalescence
Attentat : le tourisme tunisien ébranlé en pleine convalescence

Le secteur touristique tremble en Tunisie, au lendemain de l'attaque meurtrière du musée Bardo, qui a fait au moins 21 morts dont 20 touristes étrangers. L'attaque pourrait en effet avoir un impact désastreux sur ce secteur économique en pleine convalescence, suite aux événements de 2011. Dans l'immédiat, toutefois, le syndicat des tours-opérateurs français ne constatait pas ce jeudi de «vague d'annulations» des réservations.

Pas de vagues d'annulations 

«Il n'y a pas eu de vague d'annulations» pour l'instant des réservations et séjours en direction de la Tunisie auprès des voyagistes français à la suite de l'attentat de Tunis, a affirmé jeudi le Syndicat des tour-opérateurs français (Seto) qui représente quelque 70 acteurs nationaux. «Les clients restent solidaires», selon le président du Seto René-Marc Chikli, lors du Salon Mondial du Tourisme à Paris (19-22 mars à porte de Versailles). «Je ne vous dis pas non plus qu'il n'y a pas eu des annulations chez quelques tour-opérateurs, mais ce matin la situation était plutôt paradoxale, avec des clients qui posaient des questions mais aussi des clients qui posaient des réservations», a-t-il indiqué.

René-Marc Chikli a indiqué que la première mesure prise par les voyagistes français avait été, mercredi, de suspendre toutes les excursions des touristes français présents sur le sol tunisien, soit quelque 1.200 personnes. «Les zones touristiques balnéaires n'avaient jamais été visées depuis la révolution (de Jasmin)», a-t-il souligné, estimant que «la confiance reviendra s'il y a une sécurisation de l'ensemble des sites».

«Il est clair que cela ne va pas favoriser le redémarrage»

Plus tôt dans la journée, Jean-Pierre Mas, président du Syndicat national des agences de voyage (Snav), faisait part de son inquiétude. «Manifestement, ce sont des touristes et un lieu touristique qui ont été visés [...] Ce n'est pas bon pour le tourisme ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant