Attentat en Tunisie : les autorités annoncent des arrestations

le , mis à jour le
0
Attentat en Tunisie : les autorités annoncent des arrestations
Attentat en Tunisie : les autorités annoncent des arrestations

La Tunisie a annoncé ce lundi avoir procédé à de premières arrestations en lien avec l'attentat sanglant de vendredi dans un hôtel en bord de mer à Port El Kantaoui, sans toutefois préciser le nombre d'interpellés ou l'affiliation des suspects. «Nous avons commencé par arrêter un premier groupe, dont le nombre est important, du réseau qui était derrière ce criminel terroriste», a déclaré le ministre de l'Intérieur Najem Gharsalli en allusion à l'auteur de l'attaque, identifié par les autorités comme étant Seifeddine Rezgui, un étudiant de 23 ans.

«Toute personne ayant fourni un soutien logistique ou financier» à l'attaque sera arrêtée, a-t-il affirmé, en ajoutant: «Je promets aux victimes (...) que ces tueurs criminels seront présentés à la justice tunisienne pour être punis de manière juste». Najem Gharsalli s'exprimait lors d'une conférence de presse dans l'hôtel où s'est produit le carnage, aux côtés de ses homologues français, allemand et britannique. Le ministre a remercié ses homologues de leur présence «en ces moments difficiles» pour la Tunisie.

«Nous partageons et défendons les mêmes valeurs» et «nous avons étudié ce que nous pouvions faire ensemble à l'avenir pour développer la coopération sécuritaire», a-t-il ajouté. Najem Gharsalli a en outre rappelé que son gouvernement avait décidé de déployer des policiers armés sur les plages du pays et à l'intérieur des hôtels ainsi que de fermer toutes les mosquées «diffusant un discours de haine (...) pour diviser les Tunisiens».

Une cérémonie sur la plage

En fin de matinée, les ministres allemand, français et britannique de l'Intérieur avaient rendu hommage aux victimes de Seifeddine Rezgui, en majorité des touristes étrangers. Le Français Bernard Cazeneuve, la Britannique Theresa May, l'Allemand Thomas de Maizière et leur homologue tunisien Najem Gharsalli se sont recueillis, une gerbe de fleur à la main, avant de les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant