Attentat en Tunisie : des mesures d'urgence pour aider l'industrie du tourisme

le
0
Attentat en Tunisie : des mesures d'urgence pour aider l'industrie du tourisme
Attentat en Tunisie : des mesures d'urgence pour aider l'industrie du tourisme

Les ministres allemand, français et britannique de l'Intérieur, accompagnés de leur homologue tunisien, ont rendu hommage lundi, sur la plage de l'hôtel Imperial Marhaba à Port El Kantaoui, près de Sousse, aux 38 personnes tuées et aux 39 blessées dans l'attaque de vendredi. Plus tôt dans la journée, le ministre de l'Intérieur tunisien, Najem Gharsalli, a annoncé les arrestations de plusieurs personnes soupçonnées d'avoir apporté un soutien au terroriste. Le gouvernement tunisien a décidé après l'attentat d'armer la police touristique et de la renforcer par un millier d'agents de sécurité supplémentaires à partir de mercredi pour protéger hôtels, plages et sites touristiques.

VIDEO. Tunisie: trois ministres européens sur le site de l'attentat

Un impact de 450 millions d'euros pour la Tunisie.  Lundi soir, la ministre du Tourisme Selma Elloumi Rekik a indiqué que l'impact économique pour la Tunisie de l'attentat pourrait atteindre plus de 450 millions d'euros en 2015. «Il y a des évaluations qui sont faites. On ne peut pas donner de chiffre exact mais il faut compter au moins, (pour) l'impact sur le PIB, (qu')il y a un manque à gagner d'au moins un milliard de dinars pour l'année», a-t-elle répondu à une question lors d'une conférence de presse. «C'est un minimum je pense, mais ça reste toujours une estimation», a-t-elle ajouté, alors que le budget de l'Etat tunisien pour 2015 est de près de 29 milliards de dinars (13,3 milliards d'euros).

La ministre a annoncé une série de «mesures d'urgence» visant à soutenir les professionnels du secteur touristique, comme des «prêts exceptionnels (...) pour financer l'activité des établissements touristiques pour les saisons 2015 et 2016». Elle a également indiqué que le gouvernement supprimait la taxe de sortie du territoire de 30 dinars (13,7 euros) imposée l'an dernier aux étrangers non-résidents. Cette suppression ne pourra toutefois intervenir qu'une fois ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant