Attentat en Isère : la mère du correspondant de Salhi accablée

le , mis à jour le
1
Yassin Salhi, l'auteur de l'attentat en Isère, Photo d'illustration.
Yassin Salhi, l'auteur de l'attentat en Isère, Photo d'illustration.

Entre désarroi, incompréhension et colère. La mère de Yunes, l?homme qui a reçu vendredi les macabres photos envoyées par Yassin Salhi, après qu?il a décapité son employeur en Isère, n?en revient toujours pas. Elle peine encore à croire que son fils puisse être lié à pareille histoire. « C'est comme si j'avais enfanté d'un monstre. Je lui en veux », confie-t-elle à Europe 1.

Il faut dire qu?elle n?avait rien vu venir. Le départ de son fils pour la Syrie, en novembre dernier, d?abord, qu?il lui avait caché, prétextant une installation en Belgique avec sa femme et sa fille, aujourd?hui âgée de deux ans. « Il nous a bernés complètement. Il m'a dit qu'il avait trouvé un travail, qu'il allait partir en Belgique, à Bruxelles exactement », raconte-t-elle. Yunes s?était en fait échappé en Syrie. La famille en a eu la confirmation à Noël par un mail de la belle-fille, « qui nous disait qu?ils étaient enfin arrivés dans un pays où ils allaient vivre leur religion comme ils l?entendaient ». La mère de Yunes échangera ensuite quotidiennement avec son fils. Ce dernier lui assurera notamment qu?il n?est pas « du tout dans une démarche de tuer, de combattre ». « Mais nous, sachant ce qui se passait là-bas, c'était le désespoir et la douleur », déclare-t-elle.

« Je suis une des causes dans ce qu'il a fait »

La mère de Yunes ne connaissait pas non plus les fréquentations de son fils....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 2445joye le mercredi 1 juil 2015 à 21:45

    Curieux comme ces parents musulmans arrivent à bien innoculer leur foi à leur progéniture mais tombent toujours des nues quand ils la pratiquent de façon orthodoxe.