Attentat en Côte d'Ivoire : un assaillant a «tiré et crié Allah akbar», raconte un témoin

le , mis à jour à 15:21
0
Attentat en Côte d'Ivoire : un assaillant a «tiré et crié Allah akbar», raconte un témoin
Attentat en Côte d'Ivoire : un assaillant a «tiré et crié Allah akbar», raconte un témoin

Le commando armé qui a tué 15 civils et trois membres des forces de l'ordre, dimanche, dans la station balnéaire très populaire de Grand-Bassam, en Côte d'Ivoire, était déterminé à tuer de sang-froid, selon les premiers témoignages recueillis par BFMTV au coeur de l'attentat djihadisite. Un témoin raconte ainsi à la chaîne d'informations qu'il a vu à 12 h 30 (13 h 30 heure française) un des assaillants armés s'approcher d'une personne qui était au téléphone sur la plage et tuer celle-ci à bout portant en criant «Allah akbar».

Lors d'une conférence de presse, le ministre ivoirien de l'Intérieur Hamed Bakayoko a assuré que «trois terroristes ont été abattus» alors que les précédents bilans officiels faisaient état de six attaquants abattus.

Tout s'est passé très vite, selon ce témoin, un jeune homme visiblement encore sous le choc : «Il est arrivé auprès d'un jeune qui était en communication. Il a tiré une balle dans la tête et a crié -Allah akbar-. A ce moment là, il y avait trois autres hommes derrière qui ont commencé à tirer».

VIDEO. Côte d'Ivoire : «Il lui a tiré une balle dans la tête et a crié Allah akbar», raconte un témoin (BFM TV)

Les assaillants «puissamment armés»

Les assaillants étaient «puissamment armés» alors que l'établissement était bondé en cette période de canicule, a expliqué un autre témoin. «On était sur la plage, on a entendu des coups de feu et on a vu des gens fuir, on a compris que c'était une attaque», a raconté Braman Kinda qui a vu les assaillants parcourir la plage «en tirant des coups de feu».

Le prince français Charles-Philippe d'Orléans, arrivé sur la plage peu avant l'attaque, a raconté au magazine Paris Match avoir cru entendre «un pétard», qui était «sans doute un calibre 22 LR». «Il y avait un monde fou sur cette plage. Tout le monde s'est figé un instant. Puis, il y a eu un second coup de feu, du 9 mm sans doute, et là, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant