Attentat en Côte d'Ivoire : le récit de la veuve d'un des Français tués

le
4
Attentat en Côte d'Ivoire : le récit de la veuve d'un des Français tués
Attentat en Côte d'Ivoire : le récit de la veuve d'un des Français tués

Alors que le bilan du premier attentat djihadiste perpétré dimanche par Aqmi en Côte d'Ivoire est de 18 morts dans la station balnéaire de Grand-Bassam près d'Abidjan,  la veuve d'un des quatre Français tués livre ce mardi un témoignage poignant auprès de la radio RTL.

«Ça s'est passé dans des conditions terribles, il a pris une balle en pleine tête. Son meilleur ami à côté est parti aussi», raconte Anne-Marie, femme de Jean-Pierre, l'un des quatre Français tués par les terroristes d'Aqmi. Elle crie sa détresse et sa colère : «On s'est connu en Côte d'Ivoire. Demain, ça fera 41 ans de mariage mais je m'en fous, je voudrais qu'il soit là, c'est tout, c'est le papa de mes enfants. C'est tellement violent et gratuit, il ne demandait rien à personne».

Anne-Marie explique également qu'elle pressentait cette attaque meurtrière en Côte d'Ivoire : «C'est un pays qui prospère, ami avec la France. J'avais un pressentiment qu'il allait y avoir un problème là-bas». Elle termine son témoignage en saluant l'attitude du ministère des Affaires étrangères et de Jean-Marc Ayrault, qui l'a appelé lundi : «Il a été d'une gentillesse et d'une douceur. Je n'ai jamais vu ça, ça m'a vraiment touché».

Ce que l'on sait des quatre victimes françaises

Lundi, l'Elysée avait communiqué sur les quatre victimes françaises qui figurent parmi les 15 civils abattus, auxquels il faut ajouter trois membres des forces spéciales ivoiriennes. Ces Français ne sont pas des touristes, selon France 2, mais des résidants. Il s'agirait de deux personnes âgées de 75 et 78 ans, peut-être des retraités, d'une personne de 63 ans et de quelqu'un de plus jeune qui travaillerait pour une filiale du groupe Bolloré.

Ce mardi, le site d'Europe 1 confirme que parmi les quatre ressortissants tués se trouvait un salarié du groupe Bolloré, deux retraités septuagénaires, deux amis, qui vivaient en Côte d'Ivoire depuis des années, et un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.