Attentat du PKK en Turquie, nouveaux raids aériens turcs en Irak

le
0

DIYARBAKIR, Turquie, 11 septembre (Reuters) - Des séparatistes kurdes ont ouvert le feu vendredi dans un restaurant fréquenté par des membres des services de sécurité à Diyarbakir, la plus grande ville du sud-est de la Turquie, tuant un serveur et blessant trois policiers. Pour la cinquième nuit consécutive, l'armée de l'air turque a bombardé des positions du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le nord de l'Irak. Une quinzaine d'appareils ont visé des objectifs à Qandil, Zap et Avashin pendant cinq heures vendredi matin. Une soixantaine de séparatistes ont été tués lors des attaques menées par des F-16 et des F-4 dans la région, selon la chaîne de télévision NTV et d'autres médias turcs. A Diyarbakir, un serveur de 22 ans a été abattu d'une balle dans la tête alors qu'il servait des policiers. Parmi les trois policiers blessés, l'un est dans un état critique. Depuis la reprise des affrontements en juillet dernier, des centaines de membres des forces de sécurité turques et de séparatistes kurdes ont été tués dans les combats et les attentats. La Turquie a repris ses opérations aériennes contre le PKK il y a deux mois, affirmant vouloir répondre aux attentats commis par les séparatistes dans les villes turques. Le président Recep Tayyip Erdogan a promis de poursuivre le combat "jusqu'à ce qu'il n'y ait plus un seul terroriste" en Turquie. "Cette guerre peut durer encore cent ans mais le PKK sera toujours là, tout comme l'armée turque", a déclaré lors d'une réunion Selahattin Demirtas, dirigeant du parti pro-kurde HDP (Parti démocratique des peuples). "Les armes doivent se taire pour permettre la reprise des négociations", a-t-il ajouté. Dans la ville de Cizre, le couvre-feu total décrété vendredi dernier est entré dans son huitième jour. Selon le ministre turc de l'Intérieur, Selami Altinok, une trentaine de séparatistes kurdes et un civil ont été tués lors d'affrontements dans cette localité. Le HDP a indiqué pour sa part que 21 civils avaient été tués à Cizre au cours de la semaine écoulée et que la population, qui ne peut sortir dans les rues, commençait à manquer de vivres et d'eau. Un couvre-feu nocturne a été imposé à Yuksekova, près de la frontière iranienne, en raison d'une recrudescence des activités des séparatistes. (Daren Butler avec Ayla Jean Yackley à Istanbul; Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant