Attentat déjoué : Valls et Royal répondent aux soupçons d'«instrumentalisation politique»

le , mis à jour à 12:44
3
Attentat déjoué : Valls et Royal répondent aux soupçons d'«instrumentalisation politique»
Attentat déjoué : Valls et Royal répondent aux soupçons d'«instrumentalisation politique»

Le mot d'ordre est passé chez Les Républicains, qui ne veulent pas laisser François Hollande et Bernard Cazeneuve surfer sur la vague de la lutte antiterroriste, après l'annonce mercredi soir de l'attentat déjoué et l'arrestation de quatre suspects. Dès ce jeudi matin, Frédéric Péchenard, le directeur général du parti, a fustigé la communication de l'exécutif autour de ce projet d'attentat. Un début de polémique balayé par Ségolène Royal, qui explique ce choix totalement assumé au sein du gouvernement, puis par manuel Valls, qui invoque «une menace terroriste que nous n'avons jamais connue».

Interrogé par Europe 1 sur une éventuelle instrumentalisation par le gouvernement de cette affaire, Frédéric Péchenard, ancien directeur général de la police nationale, a lancé : «Je pense en tout cas qu'il y a une volonté de communication politique et non pas de communication antiterroriste. On voit bien que l'unité nationale tant défendue par le Parti socialiste vole en éclats aujourd'hui puisqu'il y a une volonté d'appropriation politique, probablement pour masquer un certain nombre d'échecs du gouvernement ou de difficultés dans les domaines du chômage ou économique».

VIDEO. Attentat déjoué : Frédéric Péchenard dénonce une «volonté d'appropriation politique» (Europe 1)

Terrorisme : Péchenard dénonce "une volonté d... par Europe1fr

Frédéric Péchenard a poursuivi : «Je rappelle que la loi en France ne donne l'autorisation de s'exprimer devant les médias qu'au procureur de la République. Le ministre de l'Intérieur pouvait tout à fait prendre la parole pour indiquer globalement ce qui s'était passé. Après, c'était le rôle du procureur que de rentrer dans les détails s'il estimait que c'était nécessaire».

La salve contre le gouvernement dans cette affaire a été appuyée par Eric Ciotti, le député des Alpes-Maritimes, sur i>Télé : «Le président de la République a lancé cette ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1531771 le jeudi 16 juil 2015 à 14:39

    L'ensemble de nos Politiques, de cette classe Politique aux ambitions démesurées est RESPONSABLE de cette situation et du déclin, certain, de notre société ! Les coupables ce sont eux avant les autres !

  • aerosp le jeudi 16 juil 2015 à 14:11

    Il ont su traquer les français sur les routes mais pas surveiller les installations à haut risque !

  • M4958114 le jeudi 16 juil 2015 à 11:24

    a elle est belle l'opposition ( les ripoublicains )