Attentat déjoué : excès de com' au gouvernement ?

le
4
Attentat déjoué : excès de com' au gouvernement ?
Attentat déjoué : excès de com' au gouvernement ?

Le gouvernement en fait-il trop, comme l'en a accusé hier l'UMP Henri Guaino ? A onze jours du vote du projet de loi sur le renseignement à l'Assemblée, voilà l'exécutif suspecté d'instrumentaliser l'attentat déjoué dans le Val-de-Marne pour doucher les critiques sur un texte jugé liberticide. Sur les réseaux sociaux, les thèses complotistes fleurissent, notamment à l'extrême droite, soupçonnant le pouvoir d'en profiter pour « passer en force » sur ce texte. Au sommet de l'Etat, on n'a pas, il est vrai, lésiné sur la communication. Mercredi matin, le ministre de l'Intérieur convoquait la presse pour révéler que des attaques contre des églises de Villejuif avaient été évitées de peu, suivi par le Premier ministre dans la cour de l'Elysée.

Eviter les fuites

L'après-midi, c'est François Hollande qui répondait à une question, en appelant au vote du projet de loi. Le soir, Bernard Cazeneuve s'invitait sur TF 1. Hier, enfin, Manuel Valls expliquait sur France Inter que la loi, sur laquelle il s'est beaucoup engagé, « aurait donné aux services plus de moyens ».

« Surexploitation », comme dit Guaino ? Dans les coulisses du pouvoir, la question exaspère. « Des mauvaises langues », s'agace le Premier ministre. Au sein de l'exécutif, on considère qu'il fallait communiquer, en raison de la mort d'Aurélie Châtelain. « Il fallait éviter les fuites », justifie la Place Beauvau, qui explique que plusieurs médias étaient sur la piste et qu'il fallait à tout prix éviter que la famille de la prof de fitness découvre les raisons de sa mort dans la presse.

Un autre argument a pesé lourd : l'exécutif ne voulait pas être accusé de faire deux poids deux mesures en minimisant un projet d'attentat visant les catholiques. Raison pour laquelle Valls a tenu à se rendre dans deux églises de Villejuif avec Cazeneuve. « Vous croyez qu'on a fait la danse de la joie ? Une femme est morte et un type sur lequel on avait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppetitj le vendredi 24 avr 2015 à 11:21

    Ils s'accrochent à tout pour "essayer" de montrer leurs compétences...Mais arrivent à l'effet inverse...De vrais boussoles à indiquer le sud les socialos....

  • M7097610 le vendredi 24 avr 2015 à 10:05

    le petit caudillo ne peut pas faire dans la discretion...c'est un parvenu

  • JOG58 le vendredi 24 avr 2015 à 09:15

    des amateurs, quand on veut debusquer les terrorites, dejouer les attentats, on est disccret, on opère dans l'ombre, c'est le meilleur moyen de prendre les coupables et de les arrêter. La, on fait du cinéma permanent et les medias sont en grande partie responsables. Le gouvernement aussi car dès qu'il a entre les mains de quoi se faire mousser alors....Valls et cazeneuve en tête.

  • jyth01 le vendredi 24 avr 2015 à 09:06

    Il est vrai qu'ils sautent sur les ondes comme des cabris, dès qu'il y a un début de commencement d'occasion de débiter des paroles...en plus, ils se croient si forts communicants qu'ils disent que c'est par hasard qu'ils découvrent un possible premier attentat contre une église!!!!!!!!!!