Attentat de Tunis : les dépouilles des trois Français rapatriées

le
0
Attentat de Tunis : les dépouilles des trois Français rapatriées
Attentat de Tunis : les dépouilles des trois Français rapatriées

Les dépouilles des trois Français tués dans l'attentat du musée Bardo à Tunis le 18 mars sont de retour sur le sol français. L'avion d'Air France, parti de la capitale tunisienne ce jeudi, a atterri en début d'après-midi, à 14h10 à l'aéroport de Roissy, près de Paris.

Recouverts du drapeau tricolore, les cercueils ont été réceptionnés sur le tarmac puis acheminés vers le pavillon de réception de l'aéroport où les attendaient les familles et des représentants officiels sur le perron du pavillon, dont la secrétaire d'État au Développement et à la Francophonie, Annick Girardin, le préfet de la Seine-Saint-Denis Philippe Galli, et l'ambassadeur de Tunisie en France Mohamed Ali Chihi.

«Combien je l'aime et combien il va me manquer»

Les familles se sont ensuite recueillies pendant plus d'une demi-heure dans une chapelle ardente. «Je suis venue redire ici aux familles, aux proches, que le président de la République et le gouvernement étaient à leurs côtés, aujourd'hui mais aussi dans les mois à venir», a déclaré la secrétaire d'Etat, exprimant également la «solidarité» de la France à l'égard de la Tunisie après cet «acte de barbarie». Le président François Hollande doit d'ailleurs se rendre dimanche à Tunis pour participer à une marche contre le terrorisme.

«J'ai voulu prendre la parole pour lui rendre hommage, lui dire combien je l'aime et combien il va me manquer», a déclaré, très émue, Émilie Belloche, la fille aînée de Christophe Tinois, gérant de centre hippique de 59 ans, tué lors de l'attentat. «C'était son premier voyage en Tunisie» et aussi «son premier voyage depuis le décès» de son épouse deux ans auparavant, a poursuivi la jeune femme, expliquant que cette tragédie lui avait «enlevé» son père au moment précis où il reprenait goût à la vie.

Christophe Tinois habitait à Castelsarrasin (Tarn-et-Garonne) dans le Sud-Ouest, tout comme Nicole Flament et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant