Attentat de Tunis : l'Elysée confirme la mort d'un troisième Français

le
1
Attentat de Tunis : l'Elysée confirme la mort d'un troisième Français
Attentat de Tunis : l'Elysée confirme la mort d'un troisième Français

Un troisième Français a été identifié parmi les 20 touristes étrangers tués dans l'attaque du musée du Bardo mercredi à Tunis. Le président François Hollande a confirmé vendredi en début d'après-midi l'information donnée par le ministère tunisien de la Santé.

«Le bilan est maintenant définitif», vient d'annoncer le président de la République depuis Bruxelles, où il tient une conférence de presse en marge du conseil européen. On compte «21 morts dont trois citoyens français. Nous en avons eu hélas la confirmation. Il y a également encore deux blessés graves en soins intensifs et cinq blessés légers qui vont rentrer en France dès ce soir». François Hollande a ensuite précisé que pour l'un des deux blessés graves, le pronostic vital était engagé. 

Le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, «est sur place, en Tunisie, aux côtés des autorités tunisiennes pour leur exprimer notre solidarité, notre soutien et aussi auprès des familles», a-t-il aussi rappelé. Il a partagé en milieu d'après-midi une photo prise en Tunisie sur son compte Twitter.

à Tunis avec le Président Beji Caid Essebsi, pour porter le témoignage de notre solidarité avec nos amis Tunisiens. pic.twitter.com/P9nFIBwo3R-- Bernard Cazeneuve (@BCazeneuve) March 20, 2015

Les morts identifiés sont quatre Italiens, trois Japonaises, trois Français, un Colombien, un Australo-Colombien, deux Espagnols, une Britannique, une Belge et un ou une Polonais(e), a annoncé plus tôt Naoufel Somrani, directeur de l'unité des situations d'urgence au ministère tunisien de la Santé. Un policier tunisien a aussi été identifié parmi les victimes et inhumé jeudi. Le ministre russe des Affaires étrangères a annoncé le décès d'une touriste russe. Il reste donc deux victimes à identifier.

L'attaque de mercredi a par ailleurs été revendiquée par le groupe jihadiste Etat islamique (EI), qui contrôle de vastes régions en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • C177571 le vendredi 20 mar 2015 à 11:38

    Apres chaque attentat, on entend la meme chose : on ne peut rien faire tant qu'ils ne passent pas aux actes.