Attentat de Tiananmen : les autorités de Pékin désignent les islamistes

le
0
Attentat de Tiananmen : les autorités de Pékin désignent les islamistes
Attentat de Tiananmen : les autorités de Pékin désignent les islamistes

C'est un nom qui revient souvent dans la bouche des autorités chinoises lorsqu'il s'agit de désigner un coupable. L'Etim, le Mouvement islamique du Turkestan oriental, aurait «soutenu en coulisses» l'attentat survenu lundi place Tiananmen à Pékin. Un 4x4 avait alors foncé sur la foule puis explosé, faisant 5 morts et 38 blessés. Le lieu est hautement symbolique, ce qui a immédiatement fait penser à une acte de revendication contre le pouvoir, comme l'ont été d'autres nombreuses actions menées sur cette place.

Jeudi soir, le patron des organes de sécurité chinois, Meng Jianzhu, a confirmé suivre la piste de l'attentat et précisé avoir identifié l'Etim comme commanditaire. Une organisation classée par l'ONU comme terroriste, a-t-il tenu a rappelé à une chaîne de télévision de Hong Kong. En 2002 en effet, les Nations-Unies ont classé parmi les organisations affiliées à Al-Qaïda ce mouvement qui déclare se battre pour l'indépendance du Turkestan oriental (ancien nom du Xinjiang chinois). En revanche, l'influence réelle du groupe en Chine est mise en doute par plusieurs experts.

Selon la police chinoise, trois Ouïghours (peuple turcophone et musulman sunnite) d'une même famille de la région à dominante musulmane du Xinjiang, frontalière de plusieurs pays d'Asie centrale, ont précipité leur voiture chargée de bidons d'essence contre l'entrée de la Cité interdite à Pékin dans une attaque-suicide. Le conducteur de la voiture, son épouse et sa mère ont péri dans l'incendie de la voiture.

VIDEO. Lundi 28 octobre : 5 morts et 38 blessés place Tiananmen

La censure à l'?uvre

Mardi matin, la place Tiananmen, coeur névralgique du pouvoir en Chine, avait retrouvé son aspect normal. Le parvis avait été nettoyé et les forces de l'ordre y étaient présentes en nombre, comme chaque jour. C'est dans cette zone sensible que le régime communiste a maté dans le sang, au printemps 1989, un mouvement pour la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant