Attentat de Nice : «On ne peut pas vivre en état de stress permanent»

le , mis à jour à 07:56
0
Attentat de Nice : «On ne peut pas vivre en état de stress permanent»
Attentat de Nice : «On ne peut pas vivre en état de stress permanent»

Selon la psychologue, maître de conférences à l'université de Lorraine à Metz, le traumatisme nous touche tant sur le plan individuel que sur le plan collectif.

 

Quelles conséquences psychologiques l'attentat de Nice va-t-il avoir sur les victimes et les témoins ?

ÉVELYNE JOSSE. Voir des corps voler comme dans un jeu de quilles et des membres éparpillés sur le sol constitue un choc encore plus violent que de tomber sur une victime couchée au sol avec du sang qui sort de la poitrine. Mais suivant sa personnalité, ses antécédents, son degré d'implication dans le drame et le niveau de soutien fourni par son entourage, chacun réagira de manière très différente. Certains manifestent bruyamment leurs émotions par des pleurs ou des cris, d'autres semblent totalement indifférents ou bien se sentent coupables d'avoir survécu. Mais ça ne présage en rien de leur évolution mentale. On peut très bien avoir eu le sang-froid de secourir quelqu'un le jour J et développer un syndrome post-traumatique après.

 

QUESTION DU JOUR. Attentats : pensez-vous que l'on s'habitue à vivre avec le terrorisme ?    

 

 

Comment déceler un syndrome posttraumatique ?

Les premiers symptômes sont les reviviscences : les flash-back ou les cauchemars de répétition. Mais un état de stress posttraumatique peut aussi se caractériser par des attitudes d'évitement de tout ce qui nous fait repenser au drame : les lieux, les situations mais aussi les conversations. Autre signe, une hypervigilance. On est perpétuellement en alerte, on sursaute au moindre bruit... Je l'ai constaté chez l'une de mes patientes qui a vécu l'attentat dans le métro de Bruxelles. Pendant plusieurs semaines, elle n'osait plus descendre dans sa cave.

 

Peut-on s'en remettre ?

Oui, heureusement ! Certaines victimes voient leurs troubles s'estomper et disparaître spontanément. Mais, dans la plupart des cas, la reconstruction demande du temps ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant