Attentat de Nice : les Français exaspérés par la polémique

le , mis à jour à 08:48
3
Attentat de Nice : les Français exaspérés par la polémique
Attentat de Nice : les Français exaspérés par la polémique

Alors qu'une quinzaine de victimes de l'attentat de Nice luttent toujours contre la mort dans leurs lits d'hôpital, les ténors politiques s'empaillent comme des chiffonniers. Christian Estrosi, ex-maire de Nice — fauteuil qu'il a dû quitter pour la présidence de la région Paca — mais omniprésent dans sa ville, accuse le gouvernement de mensonge, de dissimulation et d'entrave à l'« éclatement de la vérité » sur la tragédie du 14 Juillet. Dans son viseur, un Bernard Cazeneuve qui chercherait selon lui à masquer les failles du dispositif de sécurité prévu autour de la promenade des Anglais. Quitte à faire pression sur une policière municipale niçoise.

En face, le président et son Premier ministre, outrés par ces accusations, sont montés au créneau pour défendre le premier flic de France, un « homme intègre et un ministre de l'Intérieur formidable ». Fustigeant un « discours de haine », Valls a comparé les méthodes d'Estrosi et d'une partie de la droite au populisme de Trump, pour qui « tous les coups sont permis ».

Bref, une « bassesse » bien loin de l'unité nationale qui avait prévalu après les attentats contre « Charlie Hebdo » en janvier 2015 puis - mais de façon plus éphémère - après ceux de novembre. Il est vrai qu'entre-temps la présidentielle s'est rapprochée. Plus question de mettre sous le boisseau les rivalités. Chacun sonne la charge ! Ainsi a-t-on vu le prétendu sage Alain Juppé attaquer le premier dès le matin du 15 juillet.

 

Cazeneuve vacille

 

Mais voilà, ce spectacle-là, les Français s'en offusquent et le rejettent selon un sondage exclusif Odoxa pour « Le Parisien » - « Aujourd'hui en France » et France Info. Ils sont huit sur dix (78%) à juger que les politiques n'ont pas été à la hauteur des événements. Alors que moins du tiers leur faisaient ce reproche après les tueries du 13 Novembre. « Ils visent pour une part les leadeurs de droite ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3435004 il y a 12 mois

    La recherche de la vérité n'est pas un vain combat. Et ne remet pas en cause le respect du aux victimes, bien au contraire. Or, la caractéristique de ce gouvernement, depuis le début, sur quasiment tous les sujets, la caractéristique fondamentale de Hollande, c'est le MENSONGE....depuis l'affaire CATON.

  • M6882307 il y a 12 mois

    Tout le monde est d'accord pour qu'il y est unité nationale, mais quand l'exécutif l'utilise pour éviter le débat, NON.

  • M2266292 il y a 12 mois

    un gouvernement qui n'assume pas ses responsabilités.