Attentat de Nice : les conseils du psy pour en parler aux enfants

le , mis à jour à 09:15
0
Attentat de Nice : les conseils du psy pour en parler aux enfants
Attentat de Nice : les conseils du psy pour en parler aux enfants

Pour l'auteur du « Pédopsy de poche » (Ed. Marabout), il faut accepter le risque terroriste en évitant de communiquer nos angoisses à nos enfants.

 

Comment parler aux enfants de ce nouvel attentat ?

STÉPHANE CLERGET. Tout dépend d'abord de ce qu'ils savent ou pas. Dans la mesure où il n'y a pas classe, il est possible qu'ils ne soient au courant de rien. Quel intérêt, dès lors, de les angoisser avec ça ? Autant quand ils rentrent seuls de l'école à pied, les parents doivent les mettre en garde pour qu'ils ne suivent pas un inconnu ou qu'ils ne traversent pas la rue au feu rouge. Autant face à ce type de danger, c'est totalement inutile puisqu'ils n'ont aucun moyen de s'en protéger. En revanche, s'ils abordent le sujet, il faut prendre le temps de leur expliquer les faits en partant de ce qu'ils ont compris. On peut leur dire par exemple qu'un camion a foncé sur la foule, que c'est tragique mais que le conducteur a été tué. Sans donner trop de détails.

 

Le plus compliqué n'est-il pas de ne pas déverser sur eux nos propres angoisses ?

En effet. Les enfants sont directement branchés sur l'inconscient de leurs parents. Si on a peur, ils le perçoivent tout de suite et se mettent, eux aussi, à avoir peur. Or en les soumettant à un trop grand stress, on risque de bloquer leur développement. A nous, donc, d'utiliser les ressources dont nous disposons pour les rassurer au mieux. Si on arrive à prendre du recul, ils ne se sentiront pas plus menacés qu'après un cyclone dans les Antilles. Il ne s'agit évidemment pas non plus d'enjoliver la situation. Si nos bambins nous posent la question, il faut leur dire que oui, un nouveau drame peut se reproduire, mais que tout est mis en oeuvre pour que ça n'arrive pas. Et que, dans le cas contraire, les pompiers, les médecins et les infirmiers seront là pour soigner les blessés.

 

Plusieurs dizaines d'enfants figurent parmi les victimes. Cela renforce-t-il leur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant