Attentat de Nice : «La Marseillaise» à la fin de la messe !

le , mis à jour à 07:33
0
Attentat de Nice : «La Marseillaise» à la fin de la messe !
Attentat de Nice : «La Marseillaise» à la fin de la messe !

Les paroissiens rassemblés en l'église Saint-Pierre-d'Arène, à Nice, achèvent d'entonner « Dieu est amour, Dieu est lumière », le premier cantique de l'office d'hier. Le prêtre, Gil Florini, s'adresse alors à l'assemblée plus nombreuse que d'ordinaire. « Où est le Dieu de l'amour dans cet attentat, où est le Dieu de lumière dans ces ténèbres ? » interroge-t-il. Avant d'apporter un élément de réponse : « Dieu est là, dans le sang qui sèche sur la promenade des Anglais. » A 200 m de l'avenue du carnage et de l'hôtel Negresco, cette église voit affluer depuis trois jours des centaines de croyants désireux de prier pour les cibles de la haine tombées face à la baie des Anges.

 

A l'heure du deuil national, toutes les églises de la ville connaissent cette quête renforcée de spiritualité. « On dit que les fidèles se sont enfuis ces dernières décennies. Eh bien non, ils sont toujours là. Il fallait voir, vendredi, les cierges partout allumés », décrit Liliane, très active à Saint-Pierre-d'Arène. « Devant pareille catastrophe, les gens ont besoin de se tourner vers Dieu. Moi, je suis tellement désespérée, cela m'apporte de la paix », confie Laurie, « catholique très pratiquante » de 85 ans. « Espace de prières pour les victimes et pour les services de secours et d'entraide », indique un panneau sur le parvis. Le père Yves-Marie Lequin, qui a participé aussi à la célébration de 11 heures hier, observe une présence accrue « tout au long de la journée ». « Les fidèles ne sont pas pétrifiés, ils ne cèdent pas à la psychose. Il est écrit 365 fois dans la Bible N'ayez pas peur ! La foi, c'est un grand secours pour la vie », estime l'ecclésiastique.

 

Par solidarité avec les familles des défunts, Maud et Yves sont venus se recueillir lors de la messe. « C'est notre manière à nous également de remercier le Seigneur. Lors du feu d'artifice, nous étions à 200 m de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant