Attentat de Nice : Habib, indemne physiquement mais «malade dans (sa) tête»

le , mis à jour à 07:33
2
Attentat de Nice : Habib, indemne physiquement mais «malade dans (sa) tête»
Attentat de Nice : Habib, indemne physiquement mais «malade dans (sa) tête»

Depuis jeudi soir, Habib n'a pas réussi à fermer l'oeil plus d'une heure sans se réveiller en sursaut. « Je n'arrive plus à dormir, je tourne en rond, j'ai du mal à sortir de chez moi. Je ne veux plus discuter avec les autres, je n'ose pas regarder la télé, plus conduire. Je ne me sens vraiment pas bien. Je suis malade dans ma tête », résume ce Tunisien de 49 ans domicilié dans le quartier populaire du Riquier à Nice.

 

Lors du feu d'artifice meurtrier, il était stationné sur la promenade des Anglais, et se trouvait dans l'habitacle de sa 307 Peugeot bleue aux côtés de son épouse Hafida et de son bébé de 19 mois. C'était juste avant la zone piétonnisée, là où les premières victimes ont été fauchées par le camion de l'horreur. L'impensable. La folie absolue. « Des poussettes et un scooter sont partis en l'air. Des morceaux de corps, des jambes, des pieds ont été projetés sur la portière du passager avant mais aussi sous la voiture. Il y avait une quinzaine de cadavres partout sur le sol. J'ai crié, c'était une scène d'apocalypse. Au début, je ne comprenais pas, j'ai cru que c'était moi qui avais renversé des gens dans la foule. On m'a dit : Circulez ! Je suis rentré à la maison, j'ai vomi », explique-t-il.

 

 

QUESTION DU JOUR. Attentats : pensez-vous que l'on s'habitue à vivre avec le terrorisme ?  

 

 

Comme des centaines de témoins directs, Habib a des séquelles psychologiques très graves, des blessures invisibles qu'il faut d'urgence soigner. « Les images reviennent toujours dans mon cerveau. Je reste pétrifié. Je n'avais jamais vu la mort de près. Dès que je ferme les yeux, je revois la scène atroce, j'entends les cris. Lorsque j'essaie d'en parler, j'ai la chair de poule. Je n'arrive même plus à m'occuper de mon bébé. Pourtant, il faudrait, il a passé toute la journée ( hier) à crier. Je ne pense pas qu'il comprenne ce qui s'est passé, mais il doit quand même ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 10 mois

    Après 4 ans de pouvoir !!!! les étrangers et binationaux s'ils sont condamnés doivent être expulsés de France , c'est la loi . Jamais appliquée et Nice en est la malheureuse conséquence , QUI EN PORTE LA RESPONSABILITÉ ???

  • M8252219 il y a 10 mois

    La question principale après que François Hollande dans son interviewe précisait que sa principale préoccupation était de protéger la famille France . Pourquoi la centaine de gendarmes et de policiers municipaux n'ont pas arrêtés par tous les moyens possibles et n'ont pas poursuivi immédiatement ce camion qui avait franchi une zone interdite. En état d'urgence ce genre de comportement pose un vrai problème de sécurité et d'autorité : Qui sont les responsable de cette inertie de la police ?