Attentat de Nice - Estrosi : "Le gouvernement a menti !"

le
2
Le président de Paca et de la métropole de Nice, Christian Estrosi, le 16 juillet. Estrosi accuse les services de l'État de n'avoir pas pris les mesures permettant d'assurer la sécurité lors du feu d'artifice dans la ville le 14 juillet.
Le président de Paca et de la métropole de Nice, Christian Estrosi, le 16 juillet. Estrosi accuse les services de l'État de n'avoir pas pris les mesures permettant d'assurer la sécurité lors du feu d'artifice dans la ville le 14 juillet.

Le Point : Regrettez-vous la polémique sur la sécurité ?

Christian Estrosi : Pas du tout. Écoutez, je sors à l'instant de chez le préfet. Je lui propose que la minute de silence demain lundi se fasse dans le cadre d'un grand rassemblement sur la promenade des Anglais. Pour montrer un peuple debout à l'endroit même où s'est déroulée la tragédie. Le préfet valide ce choix. Je lui précise alors que c'est à lui et à personne d'autre de garantir la sécurité. « Nous mobiliserons les moyens », me rétorque-t-il. J'en profite donc pour revenir sur le 14 juillet, pour lui rappeler que la manifestation était sous son autorité. Ce n'est pas les patrons des collectivités qui ont en charge la sécurité ; ce sont des missions régaliennes. Moi, j'ai fait le choix politique d'équiper ma ville de caméras et de policiers municipaux en nombre. Mais je ne peux que mettre ces moyens à la disposition du préfet. Ils sont sous ses ordres, pas sous ceux du maire. Je demande au préfet : « Entre le 14 juillet de cette année et celui de l'année dernière, quels moyens en plus avez-vous mobilisés ? » Et il me répond par ces mots : « Nous avons suivi une conception différente. » Si je ne sortais pas d'un tel drame, il y aurait de quoi éclater de rire. Quand il comprend que je prends la chose avec ironie, il commet alors une faute majeure. Il affirme : « Le 14 juillet,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le dimanche 17 juil 2016 à 22:40

    UN TEMPS TROP TARD!!!!Nous sommes en état d'urgence . Mettre des gendarmes et gardiens si ils n'ont pas l'autonomie de tirer sur un terroriste immédiatement cela n'a aucun sens . S'ils doivent appeler le commissariat qui appellera la préfecture qui appellera le ministre de l'intérieur avant d'avoir l'autorisation de neutraliser un terroriste c'est aberrant !!! Il semblerait qu'au Bataclan la réponse ait beaucoup tardée !!!!! à Nice cela semble pareille . OU SONT LES RESPONSABLES

  • M7166371 le dimanche 17 juil 2016 à 21:09

    depuis le début , cela semble assez évident , la rétention d'information est flagrante .