Attentat de Nice : chez les moins de 30 ans, la tristesse l'emporte sur la peur

le , mis à jour à 10:38
0
Attentat de Nice : chez les moins de 30 ans, la tristesse l'emporte sur la peur
Attentat de Nice : chez les moins de 30 ans, la tristesse l'emporte sur la peur

Après l'attentat commis à Nice (Alpes-Maritimes), le 14 juillet, les moins de 30 ans ne succombent pas à la peur. Tel est le résultat d'un sondage dévoilé ce vendredi et réalisé par Opinionway* pour «20 Minutes», une semaine après qu'un camion a foncé sur la foule sur la promenade des Anglais, faisant 84 morts et plus de 300 blessés.

 

Alors qu'un des objectifs du terrorisme est de diffuser la peur au sein d'une population, seuls 12% des moins de 30 ans auraient éprouvé ce sentiment après le drame survenu sur le promenade des Anglais. Dans l'ordre, ils disent avoir ressenti de la tristesse (50%), de la consternation (34%) et de la colère (32%). Un sur cinq déclare avoir éprouvé une forme d'abattement. 

 

 

 

Des conséquences politiques

 

En réaction à cet attentat, si 20% déclarent que cela leur donne envie d'émigrer et 23% de faire preuve de plus de prudence, une majorité (54%) dit vouloir mieux profiter de la vie et se faire plaisir. 39% déclarent souhaiter passer plus de temps avec leurs proches et 36% souhaitent plus relativiser les problèmes du quotidien. 

 

Sur un plan politique, si seulement 8% des jeunes Français expriment le souhait de s'engager dans la foulée de l'attentat de Nice, 39% affirment que cet acte aura des conséquences sur leur vote lors le présidentielle en 2017. Dans le détail, 19% répondent «tout à fait», 20% «plutôt».

 

Enfin, près de la moitié des moins de 30 ans (46%) voient les réseaux sociaux comme une source d'information peu fiable relayant des rumeurs face à ce genre d'événements. Mais un quart s'en sert pour suivre en direct l'événement. Seulement 1% reconnaît les utiliser pour exprimer de la haine.

 

* Enquête 20 Minutes avec OpinionWay réalisée en ligne le 19 juillet 2016 par questionnaire auto-administré, auprès d’un échantillon représentatif de 733 jeunes âgés de 18 à 30 ans (méthode des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant