Attentat de Djibouti : les shebab somaliens visaient les «croisés français»

le
1
Attentat de Djibouti : les shebab somaliens visaient les «croisés français»
Attentat de Djibouti : les shebab somaliens visaient les «croisés français»

La tension monte dans la corne de l'Afrique, où la France est la cible d'un nouvel ennemi.  Les islamistes somaliens shebab ont revendiqué ce mardi l'attentat suicide perpétré samedi dans un restaurant de Djibouti, disant avoir visé «les croisés français» et enjoignant le président djiboutien à rapatrier ses soldats de Somalie et à «expulser» Français et Américains des bases dont ils disposent dans son pays.

«Dans le cadre de la guerre sainte contre la croisade menée par l'Occident contre l'islam, les forces des shebab ont mené une opération couronnée de succès samedi soir contre la coalition croisée occidentale basée à Djibouti», déclarent les shebab dans un communiqué, expliquant avoir visé un «restaurant fréquenté surtout par des croisés français et leurs alliés de l'Otan».

Ils affirment avoir visé les Français pour «leur complicité dans les massacres» de musulmans en Centrafrique et pour «leur rôle actif dans la formation et l'équipement des troupes djiboutiennes en Somalie ainsi que leur intervention croissante dans les affaires (des) terres musulmanes».

Outre les deux kamikazes - un homme et une femme dont l'identité et la nationalité restent inconnues selon les autorités djiboutiennes -, l'attaque a tué un Turc et fait au moins une vingtaine de blessés, dont sept Français, quatre Allemands, trois Espagnols et six Néerlandais, ainsi qu'un nombre indéterminé de Djiboutiens.

Parmi les blessés européens figurent des militaires et des civils participant à des missions européennes de lutte contre la piraterie somalienne, selon l'Union européenne. Des employés français d'une société privée participant à la formation de policiers djiboutiens de la force de l'ONU au Darfour (Soudan) figurent parmi les blessés, selon le groupe Sovereign Global.

 «Pacte avec le diable»

Dans leur communiqué, les islamistes somaliens enjoignent ensuite le président djiboutien Ismail Omar Guelleh de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le mercredi 28 mai 2014 à 00:31

    l'agent orange pour les cafards