Attentat de Boston: les détectives autoproclamés du web inquiètent le FBI

le
0
Attentat de Boston: les détectives autoproclamés du web inquiètent le FBI
Attentat de Boston: les détectives autoproclamés du web inquiètent le FBI
En publiant jeudi les photos de deux suspects des attentats de Boston, le FBI a exhorté le public à ne pas faire circuler d'autres images, souhaitant calmer les ardeurs de l'armée de détectives amateurs qui cherchent à débusquer les coupables, notamment sur l'internet.Les cyber-détectives se sont emparés en masse des médias sociaux depuis les attentats, partageant et analysant un torrent de photos et de vidéos prises avec des téléphones portables, des appareils photo ou par les chaînes de télévision.Embrayant sur l'enquête officielle, la chasse à l'homme sur l'internet s'est concentrée sur des personnes avec des sacs à dos noirs, et a abouti à la publication de plusieurs photos de "suspects" potentiels."Nous craignons que cela puisse vraiment faire du mal à certaines personnes, si la foule désigne quelqu'un à tort et que cela conduit à des représailles", a déclaré à l'AFP Cindy Cohn, de l'association sur les droits numériques Electronic Frontier Foundation (EFF).Des images de pseudo-suspects, baptisés "type en peignoir bleu", "type qui part en courant" ou "type avec un sweatshirt marron" ont été étudiées à la loupe sur les sites internet Reddit et 4chan, dont l'un des albums consacrés aux attentats de Boston avait été vu jeudi soir par 2,9 millions de personnes.Parmi les images partagées, figurent également celles publiées en une du tabloïd New York Post, sensées désigner deux suspects liés aux attentats, mais qui étgaient en fait totalement innocents."C'est la pire chose qui puisse m'arriver -- je n'ai que 17 ans", a déclaré à la chaîne ABC Salah Barhoun, l'une des deux personnes montrées sur les photos du New York Post.Rick DesLauriers, responsable du FBI à Boston (Massachusetts, nord-est), a clairement exprimé son mécontentement face à la prolifération de détectives amateurs, qui ont profité de l'absence d'informations officielles fournies par les...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant