Attentat d'Istanbul : détenu en Turquie, le fils d'un Tunisien tué sera rapatrié

le , mis à jour à 19:35
0
Attentat d'Istanbul : détenu en Turquie, le fils d'un Tunisien tué sera rapatrié
Attentat d'Istanbul : détenu en Turquie, le fils d'un Tunisien tué sera rapatrié

Finalement, son vœu sera exaucé. Fathi Bayoudh, 58 ans, qui a trouvé la mort mardi soir dans le triple attentat à l'aéroport Atäturk d'Istanbul (44 morts), était en Turquie pour tenter d'obtenir le rapatriement en Tunisie de son fils, incarcéré après avoir rejoint un temps Daech en Syrie. Celui-ci a été autorisé par Ankara à regagner son pays, a affirmé ce jeudi un haut responsable tunisien. Contacté pour savoir si le jeune homme allait être détenu à son arrivée en Tunisie, le ministère de l'Intérieur n'a pas souhaité réagir pour le moment.

 

«La Turquie a accepté (qu'il soit remis à la Tunisie). Il va revenir, si ce n'est demain (vendredi), dans les jours à venir», a dit le directeur général des Affaires consulaires au ministère des Affaires étrangères, Fayçal Ben Mustapha. Il a indiqué que le jeune Tunisien «s'était rendu en Irak puis en Syrie». «On ne sait pas précisément ce qu'il a fait» dans ces deux pays, a-t-il ajouté, relevant que le consulat de Tunisie à Istanbul était en contact «avec la famille Bayoudh depuis décembre».

 

La dépouille de son père est, elle, arrivée dans l'après-midi à Tunis où elle a été accueillie par une cérémonie militaire, avant des funérailles prévues vendredi dans le centre-est du pays. Le lieutenant-colonel Fathi Bayoudh était chef du service de pédiatrie à l'hôpital militaire de Tunis. Depuis deux mois, il effectuait «de fréquents allers-retours» entre la Tunisie et la Turquie pour tenter de ramener son fils au pays. Mardi soir, il était à l'aéroport pour accueillir son épouse qui venait le rejoindre.

 

#Tunisian Fathi Bayoudh, killed today in #IstanbulAttack , has a son, also a doctor, who joined #Daesh in 2014#ISIS pic.twitter.com/60BclvMyz4

— Mourad Teyeb (@MouradTeyeb) June 29, 2016

 

Selon le site Kapitalis, son fils, ancien étudiant en pilotage d’avion, lui avait dit, il y a deux ans, qu’il partait pour un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant