Attentat anti-israëlien: Sofia avait sous-estimé les menaces

le
0
Cet attaque suicide est la première du genre sur le sol Bulgare. Elle soulève de nombreuses questions au sujet de la vigilance des autorités.

Boïko Borissov, le premier ministre bulgare, a l'habitude de dire que Sofia, fidèle allié d'Israël et des États-Unis, n'a aucune raison de craindre le terrorisme islamiste du fait de ses excellentes relations commerciales avec le monde arabe. Pour preuve, ajoute-t-il, dans la capitale bulgare «on peut acheter un kebab à chaque coin de rue».

Mais après l'attentat sanglant du 18 juillet contre des touristes israéliens à Burgas, sur la mer Noire, l'heure n'est plus à la plaisanterie. Cet attentat suicide, le premier de ce genre sur le sol bulgare, a fait au moins sept morts et de nombreux blessés. «Pour la première fois, des Juifs ont été tués dans ce pays parce qu'ils étaient juifs», a déclaré Maxim Benvenisti, président de l'association Shalom de Bulgarie. Comme beaucoup d'autres, il a rappelé avec beaucoup d'émotion que Sofia avait mis un point d'honneur à ne pas livrer ses Juifs aux troupes nazies lors de la Seconde Guerre mondiale.

Après l'émotion, de nombr

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant