Attentat à Tunis : Daech revendique l'attaque et menace encore la Tunisie

le
0
Attentat à Tunis : Daech revendique l'attaque et menace encore la Tunisie
Attentat à Tunis : Daech revendique l'attaque et menace encore la Tunisie

Daesh a revendiqué ce jeudi l'attentat survenu la veille au musée du Bardo, selon un message audio diffusé sur les sites jihadistes. Dans l'enregistrement, le groupe jihadiste a également menacé la Tunisie d'autres attaques.

Qualifiant l'attentat d'«attaque bénie contre l'un des foyers des infidèles en Tunisie musulmane», la voix lisant le communiqué a affirmé que l'opération sanglante avait été menée par «deux chevaliers du califat, Abou Zakaria al-Tounsi et Abou Anas al-Tounsi». Ils étaient «munis d'armes automatiques et de bombes» et sont «parvenus à assiéger un groupe de ressortissants des pays croisés semant la terreur dans le coeur des infidèles. Ce que vous avez vu, ce n'est que le début. Vous n'allez jouir ni de sécurité ni de paix», poursuit l'enregistrement.

Les deux assaillants, tués par les forces de l'ordre tunisiennes dans le musée, ont été identifiés : il s'agit de Yassine Abidi et Hatem Khachnaoui, «probablement» deux Tunisiens selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur. Abidi était connu des services de police.

Neuf suspects arrêtés

L'attaque, a fait au moins 21 morts, 20 touristes dont deux Français. Au moins 44 personnes ont été blessées dont 7 Français. C'est le plus grave attentat en Tunisie depuis 2002 et l'attaque de Djerba.

Les autorités tunisiennes ont par ailleurs arrêté neuf suspects suspectés d'avoir été en relation avec les deux individus. «Le chef du gouvernement a indiqué que les forces de sécurité avaient pu arrêter quatre éléments en relation directe avec l'opération (terroriste) et cinq autres soupçonnés d'être en relation avec cette cellule», a indiqué la présidence dans un communiqué sans préciser le rôle et l'identité de ces suspects.

500 Tunisiens ayant combattu pour Daech sont rentrés au pays 

Daech, qui sème la terreur dans les territoires qu'il contrôle en Irak et en Syrie, ne cache pas son ambition d'étendre son ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant