Attentat à Kaboul : une militante de l'intégration des gays dans l'armée américaine tuée

le
0
Attentat à Kaboul : une militante de l'intégration des gays dans l'armée américaine tuée
Attentat à Kaboul : une militante de l'intégration des gays dans l'armée américaine tuée

Adrianna Vorderbruggen symbolisait l'intégration des homosexuels au sein de l'armée américaine, cause pour laquelle elle s'était battue. Cette militaire fait partie des six victimes américaines tuées lundi dans un attentat à la moto piégée près de Kaboul en Afghanistan.

Âgée de 36 ans, le major Adrianna Vorderbruggen s'était engagée dans le combat qui a mené en 2010 à la fin du principe imposant aux militaires américains homosexuels de ne pas évoquer leur vie privée, ce que la presse outre-Atlantique appelait le «don't ask, don't tell» (Ndlr : «ne rien demander, ne rien dire»).

En 2012, un peu plus d'un an après la fin de ce tabou, elle avait pu épouser sa compagne Heather avec qui elle vivait jusqu'alors discrètement. Les deux femmes ont eu un fils, Jason, qui a aujourd'hui quatre ans.

«Elle et sa famille étaient très fières de faire partie de la communauté militaire», a réagi la Military Partners and Families Coalition (MPFC), une association de soutien aux familles de militaires LGBT dans laquelle elle était engagée.

«Amicale», «décontractée», «très bonne athlète», Adrianna Vorderbruggen était «aussi et surtout une mère formidable», selon la MPFC. «Aujourd'hui, les familles comme celles du major Vorderbruggen ne vivent plus dans l'ombre», souligne la MPFC, ajoutant que la reconnaissance de son mariage par l'armée permet «d'étendre à sa famille les mêmes droits et protection qu'à toutes les familles militaires».

Les corps des six victimes rapatriés ce mercredi

Le major Vorderbruggen a été tuée avec cinq autres militaires américains lors d'une patrouille au nord de Kaboul près de la base de Bagram, la plus grande base américaine en Afghanistan. Elle et trois autres des soldats tués étaient membres du service d'enquête criminelle et de contre-espionnage de l'US Air force (OSI), dont les membres participent à la protection des bases américaines dans le monde.

Les deux autres ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant