Attentat à Charlie Hebdo : le casse-tête de l'union sacrée

le
5
Attentat à Charlie Hebdo : le casse-tête de l'union sacrée
Attentat à Charlie Hebdo : le casse-tête de l'union sacrée

Un défilé inédit. Il mêle syndicats, associations antiracistes, représentants religieux et un arc politique allant du Front de gauche jusqu'à l'UMP en passant par le PS et le MoDem. Mais, si ce défilé, qui est prévu dimanche à 15 heures à Paris, allait de soi dès mercredi, jour de l'attentat contre « Charlie Hebdo », il n'est pas si facile à organiser. Les responsables politiques ont beau se succéder dans le bureau de François Hollande, à l'instar de Nicolas Sarkozy hier, l'unité nationale est déjà écornée.

L'hypocrisie du Front national

Ce matin, Marine Le Pen est conviée à l'Elysée. Mais la présidente du FN a déjà prévenu qu'elle n'irait pas manifester ce dimanche au prétexte, dit-elle, de « ne pas avoir été invitée à la réunion de préparation ». Il est vrai que l'eurodéputée n'est pas la bienvenue. Notamment aux yeux de certains socialistes : « Il n'y a pas de place pour une formation qui divise les Français en fonction de leurs origines et de leurs religions », justifie le député François Lamy. Une ligne dénoncée par l'UMP, mais qui ne fait pas non plus l'unanimité au PS. « Je n'étais pas pour l'exclure a priori », admet un député PS. Claude Bartolone rejette, lui, la responsabilité sur le FN. « Pas besoin de faire-part pour entrer en résistance », tacle le président de l'Assemblée. Jean-Christophe Cambadélis lui emboîte le pas. « Ceux qui veulent venir viennent », tranche le patron du PS qui estime que « Le Pen est mal à l'aise avec cette manifestation ». « La dénonciation du système UMPS est son fonds de commerce, elle n'a donc aucun intérêt à être dans un défilé à leur côté », décrypte un dirigeant socialiste. A l'Elysée, on a senti le piège : exclure Le Pen, c'est la victimiser ; l'inclure, c'est prendre le risque d'une manifestation tendue. François Hollande ne se mouille pas. « Ce n'est pas à lui d'organiser un défilé », ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • yvan00 le vendredi 9 jan 2015 à 08:51

    très bien formulé M415325 bravo et merci

  • M415325 le vendredi 9 jan 2015 à 08:48

    La liberté attaquée le rassemblement de l'ensemble des français comme en cas de guerre est une nécessitée,Charlie est à la France.Elle n'appartient à aucun partie, les pourris qui veulent s'accaparaient ce drame c'est odieux.La liberté est à tous les français.Qui fait de la discrimination? A qui profite ce crime? La laïcité et la liberté est la base de notre société, si vous refusez à un seul français soit par sa couleur, soit pour ses opinions vous n'êtes pas français, mais un dictateur

  • yvan00 le vendredi 9 jan 2015 à 08:47

    Il est vraiment déplorable que ce gouvernement fasse de cette tragédie une récupération politique tout cela est pitoyable je redis profiter de la mort de tous ces gens pour faire de la politique c'est vraiment très bas le niveau de nos politiciens .drôle de gouvernement !!!!

  • M1531771 le vendredi 9 jan 2015 à 08:22

    Je dis sauf le FN car l'exclure d'une quelconque marche en essayant encore et encore de le rendre responsable de tous les maux de la France est inadmissible...! Etre capable de bassesses politiques en prônant l'union sacrée...laissez moi rire...!

  • M1531771 le vendredi 9 jan 2015 à 08:21

    Le casse de l'union sacrée ou le casse de nos petits Politiques qui cherchent tous, sauf le FN à tirer la couverture vers eux alors même que les corps ne sont pas encore froid ! PATHETIQUE !