Attentat à Bangkok : un suspect identifié, nouvelle explosion sans gravité

le , mis à jour à 14:51
2
Attentat à Bangkok : un suspect identifié, nouvelle explosion sans gravité
Attentat à Bangkok : un suspect identifié, nouvelle explosion sans gravité

Le bilan de l'attentat commis lundi à Bangkok, la capitale thaïlandaise, s'alourdit. Il est dorénavant d'au moins 20 morts. Cette attaque à la bombe a frappé, en pleine heure de pointe, un sanctuaire du centre de la ville, très fréquenté, y compris par les touristes étrangers.

Les autorités locales estiment d'ailleurs que les auteurs de l'attentat ont visé les «étrangers» et veulent «porter atteinte au tourisme», l'un des rares points positifs d'une économie thaïlandaise en berne. Les Etats-Unis et la France ont déjà recommandé à leurs ressortissants d'éviter cette zone et d'être prudents dans la capitale thaïlandaise. Hong Kong déconseille Bangkok. La Chine, l'Australie, les Philippines et Singapour ont appelé à la prudence.

Le gouvernement met en avant la piste d'un acte commis par des opposants politiques.

Un suspect identifié et recherché. Les images de vidéosurveillance ont permis d'identifier un suspect. D'après le chef de la junte au pouvoir et Premier ministre, Prayut Chan-O-Cha, il s'agit d'un homme «originaire du Nord-Est du pays et membre d'un groupe opposé à la junte». Il a ajouté que la police enquête sur des messages Facebook qui auraient averti d'un danger imminent à Bangkok avant l'explosion de la bombe. Ces messages proviennent d'un «groupe anti-junte» basé dans le nord de la Thaïlande.

VIDEO. Bangkok : images d'un suspect de l'attentat à la bombe

La police thaïlandaise a diffusé des images de la personne suspecte. Vêtue d'un t-shirt jaune, elle arrive dans le quartier du drame avec un sac un dos, puis en repart une quinzaine de minutes avant l'explosion, sans le sac.

Thai police release chilling CCTV of suspect seen walking into shrine with a rucksack http://t.co/HCyY0JvVvv pic.twitter.com/BrLciWDsE8— Daily Mail Online (@MailOnline) 18 Août 2015

L'opposition politique accusée. Le Nord-Est de la Thaïlande, la région de l'Issan, est le bastion des Chemises rouges, qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7163258 le mardi 18 aout 2015 à 09:52

    "Tiens"

  • M7163258 le mardi 18 aout 2015 à 08:28

    J'ai pensé! Tient voilà un attentat différent de part son origine de ceux qui frappent lourdement les civils depuis un vingtaine d'année. Et ben non de toute évidence le socle, la base est la même, plus besoin de la nommée...