Attentat à Bamako : la France et le Mali coopèrent pour renforcer la sécurité

le
2
Attentat à Bamako : la France et le Mali coopèrent pour renforcer la sécurité
Attentat à Bamako : la France et le Mali coopèrent pour renforcer la sécurité

Depuis 2012, Bamako restait préservé de l'insurrection islamiste au nord de l'immense territoire malien. C'est désormais fini. Après la fusillade qui a fait cinq morts dont un Français, au club La Terrasse, les réactions pour dénoncer cette attaque et les appels à la prudence se multiplient. Samedi soir, le mouvement islamiste Al-Murabitoune (dirigé par Mokhtar Belmokhtar) aurait revendiqué, dans une vidéo reçue au sein de la rédaction d'Alakhbar, l'attentat survenu dans la capitale malienne.

François Hollande offre «l'aide de la France» au président malien. Le président de la République dénonce avec «la plus grande force le lâche attentat». Il a promis à son homologue malien, Mali Ibrahim Boubakar Keïta, avec lequel il s'est entretenu, le «soutien total de la France dans la lutte contre le terrorisme». Les deux dirigeants ont convenu de «mesures communes pour renforcer la sécurité au Mali» et «examiné les modalités de la coopération sur l'enquête en cours», a indiqué dans l'après-midi l'Elysée dans un communiqué. Par ailleurs, l'ambassade de France, «a constitué une cellule de crise, averti les Français dès cette nuit et renforcé la sécurité de nos implantations en liaison avec les autorités maliennes».

Le gouvernement malien ne se laissera «pas intimider». L'attaque, qualifiée de «terroriste» par le gouvernement malien, n'a pas été revendiquée, mais le pouvoir malien affirme qu'il ne se laissera «pas intimider par ceux qui n'ont d'autres desseins que de faire éloigner les perspectives de la paix». «Les Maliens doivent comprendre qu'il n'y a rien au-dessus de la paix», a déclaré le Premier ministre Modibo Keïta à l'issue d'un Conseil de défense présidé par le chef de l'Etat Ibrahim Boubacar Keïta.

«Nous ne céderons jamais», assure Manuel Valls. Le Premier ministre a assuré le président malien de son soutien. Dans un tweet signé de ses initiales, signe, en principe, qu'il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le samedi 7 mar 2015 à 15:30

    Il est C.. ce Scooter.

  • M6519654 le samedi 7 mar 2015 à 13:34

    Ridicule...