Attendu de pied ferme à Berlin, Valls ne compte pas "s'excuser"

le
50

* Valls lundi et mardi en Allemagne * Paris veut du temps pour ses déficits et ses réformes * Berlin s'impatiente par Julien Ponthus et Mark John PARIS/BERLIN, 21 septembre (Reuters) - Manuel Valls est attendu de pied ferme lundi à Berlin par Angela Merkel, dont le gouvernement ne cache plus sa frustration face à la décision de Paris de reporter son assainissement budgétaire sans conduire, selon l'Allemagne, des réformes structurelles. Le Premier ministre français a déclaré mardi qu'il entendait convaincre l'Allemagne de "prendre ses responsabilités" pour relancer la croissance en Europe, tout en la persuadant de laisser la France réduire ses déficits publics à un rythme qui ne compromette pas une reprise encore balbutiante. L'exercice s'annonce périlleux pour Manuel Valls au vu de l'impatience qui grandit en Allemagne. "Cela fait 25 ans que je couvre les relations franco-allemandes et je n'ai jamais vu les Allemands aussi agacés (...) par les Français", affirme Charles Grant, directeur du Centre for European Reform (CER), un cercle de réflexion sur l'Europe. "Ils sont désespérés par Hollande, ils pensent qu'il n'arrive pas à contrôler les dépenses publiques ou à faire des réformes structurelles", dit le chercheur pour qui Berlin a davantage confiance en Matteo Renzi, le dirigeant italien. Mettant en avant la faible inflation et une croissance atone dans la zone euro, Paris a reporté à fin 2017 l'objectif de faire passer ses déficits publics sous la barre des 3% du PIB alors qu'il s'était engagé à y parvenir en 2015. Sur le plan des réformes, le compte, selon Berlin, n'y est pas. "Très peu a été fait. Ils doivent faire beaucoup plus", dit-on à la chancellerie allemande. "AUCUN INTÉRÊT A HUMILIER LES FRANÇAIS" "Nous n'avons aucun intérêt à humilier les Français avec une amende (européenne)", estime un responsable allemand qui a requis l'anonymat en raison de la sensibilité du sujet. "Mais nous aimerions obtenir quelque chose d'eux, comme des mesures véritables et vérifiables sur des réformes structurelles, pour les laisser s'en tirer", poursuit-il, ajoutant qu'il sera difficile de trouver un compromis. Mais Manuel Valls a déjà prévenu l'Allemagne qu'il n'irait pas à Berlin pour "s'excuser auprès de la chancelière". Il a déclaré à des journalistes se rendre à Berlin avec un état d'esprit "positif" et la volonté de détailler les réformes prévues, comme celle assouplissant les seuils sociaux qui déclenchent des obligations en matière de représentation syndicale ou l'ouverture des magasins le dimanche. "Je suis le premier à dire qu'il faut réduire le déficit public. La France va lancer ainsi un plan d'économies sans précédent de 50 milliards d'euros d'ici à 2017 mais il est hors de question de réduire les déficits à marche forcée", a confié le Premier ministre à la presse étrangère vendredi. François Hollande a aussi plaidé durant sa conférence de presse pour que plus de temps soit donné à la France. "Qu'on ne nous demande pas de faire en cinq ans ce que nos amis Allemands ont fait en dix ans dans un contexte plus favorable", a-t-il dit, ajoutant que Berlin était favorable à la baisse des charges mises en oeuvre dans le pacte de stabilité. La dette française s'approche dangereusement des 100% de la richesse nationale et Paris est loin d'atteindre l'équilibre de ses comptes hors paiement des intérêts de la dette. Par contraste, l'Allemagne ne fera pas de nouvelles dettes en 2015, une première depuis 1969 mais qui constitue la démonstration pour la France que son puissant voisin a largement les moyens de stimuler l'activité. (Avec Noah Barkin, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • j.sallio le lundi 22 sept 2014 à 09:55

    Vous devez seulement faire attention à ne pas avoir trop de liquidité sur vos comptes ne pas subir un hold-up fiscal, Comme à la façon chypriote. Le gouvernement va nous pondre qqch, alors soyez méfiant.

  • j.sallio le lundi 22 sept 2014 à 09:52

    Fortunos, si tu comprenais une logique, le doublement du Ldd et du Livret A , a une seule conséquence, c'est que les français épargne, et malgré que boussoles sur un gouvernement PS, depuis 2012 nous sommes sur un courantascendant.fait une analyse sur 30 ans, et tu comprendras.

  • j.sallio le lundi 22 sept 2014 à 09:47

    Merkel en à rien à faire de nos élus français, car ils ne sont pas à la hauteur des enjeux. C'est vrai, nous français sommes les champions du n'importe quoi, et nos gouvernants sont les rois de l'immobilisme. Les fautifs c'est pas nous c'est "eux", on est bien avancé avec une telle philosophie de penser.

  • ltondu le lundi 22 sept 2014 à 08:52

    Porcinet a pris 2 baffes, il envoie Manu au casse-pipe...

  • fortunos le lundi 22 sept 2014 à 08:32

    pour les epargnants qui se plaignent des socialos:voici des chiffres,progression du cac 40 depuis 2 ans 49%!!!,doublement du plafond du livret A et du LDD et taux superieur a l'inflation.Qu ils arretent de pleurer!!!

  • M802641 le dimanche 21 sept 2014 à 23:20

    Au sujet de la tonte générale, c'est du total pipeau "la suppression de la tranche à 5.5%" de l'IRPP. Cela revient à réduire les impôts de tous (ceux qui les payent)! C'est donc que Vallenceau va remanier le barème par ailleurs pour que globalement la collecte ne diminue pas. Ce qui veut dire que vous et moi, nous allons payer plus pour que ses 9 millions de copains qui votent payent moins. CQFD - c'est écœurant!

  • gyere le dimanche 21 sept 2014 à 21:48

    La tonte des épargnants par les socialistes n'est pas nouvelle.... En 1956, Paul Ramadier, ministre socialiste des finances, lance un emprunt d'Etat à 5% indexé sur la bourse, mais NON INSCRIT AU GRAND-LIVRE DE LA DETTE PUBLIQUE..... Et ce qui devait arriver, arriva, les épargnants eurent du mal de retrouver leur mise.... Certains n'en récupérèrent pas 10%.... C'est mon cas!!!

  • fbordach le dimanche 21 sept 2014 à 20:15

    Plus de support en euros dans mes différents comptes... On ne va quand même pas aider ceux qui sont responsables de la situation économique de notre pays !

  • knbskin le dimanche 21 sept 2014 à 19:40

    Quant aux 4 000 milliards d'AV, ils comprennent les UC, qui ne sont pas des comptes en Euros, et sur lesquelles il est beaucoup plus difficile de faire du hair-cut.

  • knbskin le dimanche 21 sept 2014 à 19:38

    J'ai confiance en l'Euro en tant que MONNAIE, pas en tant que SUPPORT d'EPARGNE. L'épargne en Euros, c'est de la contrepartie de la dette d'Etat : je n'en VEUX PAS. Avec mes euros, je finance l'industrie, pas le gouvernement ... :D

Partenaires Taux