Attaques racistes : Copé accuse Taubira de ne pas l'avoir soutenu

le
0
Attaques racistes : Copé accuse Taubira de ne pas l'avoir soutenu
Attaques racistes : Copé accuse Taubira de ne pas l'avoir soutenu

L'UMP n'a pas participé à la standing ovation des députés, jeudi à l'Assemblée, en soutien à Christiane Taubira, victime à plusieurs reprises d'attaques racistes ces dernières semaines. La ministre de la Justice s'était étonnée mercredi qu'aucune «belle et haute voix (ne) se soit levée» pour pointer le danger pour «la cohésion sociale». Interrogé ce dimanche par France 3, Jean-François Copé dénonce de son côté «une superbe opération médiatique» de la part de la garde des Sceaux. Et en profite pour déplorer de ne pas avoir reçu son appui ni celui du PS quand il a été victime d'attaques antisémites.

«Je ne l'ai pas entendue, ni Christiane Taubira ni ses amis, dire quoi que ce soit lorsque j'ai été moi-même l'objet de propos antisémites de la part d'un certain nombre de responsables du Front national», a lancé le président de l'UMP. En octobre, des militants du Front national de Seine-et-Marne avaient laissé des commentaires antisémites sur la page Facebook d'Adrien Desport, cadre du FN 77. Ils pointaient les origines du député de Seine-et-Marne qui n'en a jamais fait mystère. Son grand-père paternel, né en Roumanie au début du XXe siècle, était juif et s'appelait Marcu Hirs Copelovici. Il s'était déjà indigné de ces commentaires dans les colonnes du «Parisien», estimant que, « décidément, le discours de dédiabolisation de la famille Le Pen semble ne pas avoir de prise sur les cadres du parti, et apparaît comme une véritable tromperie pour ses électeurs ».

Revenant sur les attaques dont Christiane Taubira a été la cible, Copé l'assure. «Nous avons toujours été inflexibles sur tout ce qui touche au racisme, à l'antisémitisme, à l'islamophobie, à la xénophobie.». Il réitère ce dimanche son «indignation devant les propos dont Mme Taubira a été victime». Mais d'ajouter: «Il y a derrière tout cela une manière de détourner par rapport aux véritables préoccupations des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant