Attaques au Nigeria : 200 personnes tuées par des islamistes de Boko Haram

le , mis à jour à 19:21
0
Attaques au Nigeria : 200 personnes tuées par des islamistes de Boko Haram
Attaques au Nigeria : 200 personnes tuées par des islamistes de Boko Haram

Au moins une quarantaine de personnes ont été tuées dans plusieurs attaques menées vendredi par des islamistes présumés de Boko Haram, dans le nord-est du Nigeria. La veille, jeudi peu après 14 heures, «une kamikaze a lancé une attaque sur la mosquée de Malari, à 35 km de Maiduguri, qui a tué 12 fidèles et a blessé sept autres», a rapporté Danlami Ajaokuta, le chef d'une milice locale (voir encadré). Au total, cette vague de violences a fait près de 200 morts depuis mercredi soir.

Vendredi vers 1h30, «les combattants de Boko Haram ont tué 11 personnes dans notre village parce qu'ils avaient refusé de rejoindre leurs rangs» de Miringa, dans l'Etat de Borno, qui «avaient fui le village de Gwargware, dans l'Etat (voisin) de Yobe, pour se réfugier dans notre village après que Boko Haram ait tenté de les forcer à rejoindre leurs rangs», a déclaré Isa Mshelia, un habitant. Un autre habitant, Baballe Mohammed, a confirmé ce récit.

Un peu plus tard vendredi, une nouvelle attaque a été menée vers 13 heures par le même groupe islamistes sur un village de l'Etat de Borno, dans le nord-est du Nigeria, ont rapporté un témoin et un milicien. Les hommes armés sont arrivés dans le village de Mussa. «Les terroristes se sont mis à tirer sur tous ceux qu'ils voyaient», a raconté Sunday Wabba, un responsable associatif local. «Ils sont venus en plein jour et ils se sont mis à tirer sur des gens innocents», a déclaré de son côté Umoru Jantiku, un milicien engagé dans la lutte contre Boko Haram

Une coalition internationale plus efficace

 Ces attaques, en plein mois de ramadan,  ont fait au moins 200 morts en moins de 36 heures dans le nord-est du Nigeria, le pire carnage commis par Boko Haram depuis l'arrivée au pouvoir du président nigérian Muhammadu Buhari. La vague d'attaques, qui a débuté mercredi soir, a touché plusieurs villages de l'Etat de Borno (nord-est), épicentre de l'insurrection islamiste, désormais ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant