Attaques à Homs en Syrie contre les forces de sécurité: 42 morts

le , mis à jour à 11:50
0
 (Actualisé avec bilan TV, Tahrir al Cham) 
    BEYROUTH, 25 février (Reuters) - Un groupe non identifié a 
attaqué les forces de sécurité syriennes en deux endroits, 
samedi à Homs, dans l'ouest de la Syrie, faisant 42 morts, selon 
un dernier bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'homme 
(OSDH). 
    Parmi les morts, figure le chef de la sécurité militaire de 
Homs. Il a été tué, avec 29 personnes, dans l'une de ses 
casernes. Les 12 autres morts ont eu lieu dans une antenne de la 
sécurité d'Etat. Les attaques ont commencé à l'aube, précise 
l'OSDH, une ONG basée à Londres qui fait un point quotidien sur 
le conflit syrien grâce à un réseau d'informateurs sur le 
terrain. 
    Selon le récit de la télévision publique syrienne, des 
affrontements ont d'abord eu lieu dans les quartiers d'al Ghouta 
et d'al Mohata, où se trouvent les deux endroits ciblés. Puis, 
trois kamikazes ont actionné leur ceinture d'explosifs dans 
chacun des deux endroits. 
    La télévision donne un bilan de 32 morts, dont le général 
Hassan Daaboul, le chef de la sécurité militaire à Homs. 
    Ces attentats n'ont pas été explicitement revendiqués, mais 
l'alliance de groupes rebelles Tahrir al Cham, créée au mois de 
janvier, a déclaré sur le réseau social Telegram que cinq 
kamikazes étaient impliqués dans l'attaque. 
    "Cinq kamikazes ont attaqué deux sections de la sécurité 
d'Etat et de la sécurité militaire à Homs (...) Dieu soit loué", 
déclare le groupe dans un communiqué. 
    Tahrir al Cham réunit plusieurs groupes djihadistes dont le 
Djabhat Fateh al Cham, ex-Front al Nosra, qui était la branche 
d'Al Qaïda en Syrie jusqu'à ce qu'il rompe avec le réseau 
mondial l'an dernier. 
    Depuis sa création, Tahrir al Cham (Libération du Levant) 
s'oppose aux autres groupes rebelles, et notamment ceux qui 
combattent sous la bannière de l'Armée syrienne libre (ASL) et 
ceux liés à l'Etat islamique. 
    L'Etat islamique (EI), qui a fait 50 morts vendredi un 
attentat suicide près d'al Bab, dans le nord-ouest de la Syrie, 
a également revendiqué des attentats à Homs. [n8N1G92AG) 
    Homs est contrôlée par les forces gouvernementales du 
président syrien Bachar al Assad, à l'exception d'un quartier 
assiégé tenu par des rebelles modérés. 
 
 (John Davison et Angus McDowall, avec Ahmed Tolba au Caire et 
Kinda Makieh à Damas; Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant