Attaque terroriste au Kenya : les deux victimes françaises originaires de Nice

le
0
Attaque terroriste au Kenya : les deux victimes françaises originaires de Nice
Attaque terroriste au Kenya : les deux victimes françaises originaires de Nice

Deux Françaises figuraient parmi les 69 personnes qui ont péri samedi lors de l'attaque terroriste menée par les islamistes armés shebabs dans le centre commercial «Westgate Mall» de Nairobi, au Kenya. Selon le site RTL, il s'agit d'une expatriée française et de sa fille, venue pour des vacances, originaires de la ville de Nice. D'après les informations de RTL, cette mère de famille, âgée d'une cinquantaine d'années, était artiste peintre et sculpteur. Elle vivait depuis plus de 10 ans au Kenya où elle avait d'ailleurs installé son atelier. Elle était bien connue de la communauté des 1.500 expatriés français de Nairobi. Son mari est d'ailleurs propriétaire d'un établissement hôtelier à une centaine de kilomètres de la capitale kényane.

L'autre victime, sa fille, était âgée d'une vingtaine d'années. Elle était venue rendre visite à sa mère pour les vacances. Samedi, les deux femmes venaient tout juste de se garer pour aller faire leurs courses lorsqu'elles ont été exécutées sur le parking de ce centre commercial Westgate Mall.

«Ils voulaient faire le maximum de victimes»

L'annonce de leur exécution avait été annoncée dimanche par la ministre déléguée chargée des Français de l'étranger, Hélène Conway-Mouret. «Deux de nos compatriotes ont été lâchement attaquées, exécutées sur le parking du centre commercial où elles venaient faire leurs courses», avait déclaré la ministre déléguée chargée des Français de l'étranger, sur la chaîne de télévision BFM-TV.

Cinq autres Français se trouvaient dans le centre commercial au moment de l'attaque et ils ont pu prendre la fuite, a ajouté la ministre. «Ils ont tué tous ceux qui se trouvaient sur leur chemin. Ils sont entrés dans ce centre commercial pour tuer, pour faire un maximum de victimes», avait ajouté la ministre.

Plusieurs membres de la famille des victimes étaient d'ores et déjà arrivés sur place dimanche soir. «Ils sont sous ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant