Attaqué par l'Etat, Leclerc dénonce une «stratégie médiatique»

le
2
Attaqué par l'Etat, Leclerc dénonce une «stratégie médiatique»
Attaqué par l'Etat, Leclerc dénonce une «stratégie médiatique»

La passe d'armes continue entre l'Etat et le numéro 2 français de la grande distribution. Le géant de la distribution E. Leclerc, assigné mercredi par l'Etat pour «déséquilibre» dans ses relations avec ses fournisseurs, a dénoncé jeudi dans un communiqué une «stratégie médiatique» qui va «attiser des conflits».

«Les centres E.Leclerc s'étonnent que l'Etat intervienne ainsi en pleine négociation commerciale et dans un contexte économique et social particulièrement agité non pour apaiser les relations entre partenaires économiques mais au contraire pour attiser des conflits», a indiqué le groupe. «Cette stratégie médiatique n'a d'autres objectifs que de donner des gages de bonnes intentions aux lobbies des industriels», a-t-il estimé.

«Alors que l'on anticipait un climat plus apaisé des négociations industrie/commerce, l'assignation du ministère de l'Economie et des Finances à l'encontre des centres E.Leclerc vise à discréditer les contrats commerciaux de l'enseigne qui avaient pourtant été récemment validés par le tribunal de commerce de Paris lors d'une précédente affaire», a poursuivi le groupe.

Une clause qui bénéficie à la distribution, pas aux fournisseurs

Les ministres de l'Economie Pierre Moscovici et de la Consommation Benoît Hamon ont décidé d'assigner le distributeur devant le Tribunal de commerce de Paris pour «déséquilibre significatif» dans ses relations avec ses fournisseurs. «L'enseigne a, en effet, inséré dans son contrat type une clause qui oblige chacun de ses fournisseurs, en cas de contentieux introduit par un tiers au contrat, y compris le ministre chargé de l'Economie dans le cadre de sa mission de gardien de l'ordre public économique, à intervenir en justice pour défendre le contrat», ont précisé les ministres dans leur communiqué.

«Cette clause prive le fournisseur de la possibilité de ne pas intervenir au procès et le place dans la situation de devoir ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sidelcr le jeudi 21 nov 2013 à 16:20

    Bravo , Hamon on en pense ce que l'on veut , mais au moins il bouge lui .

  • aboulra le jeudi 21 nov 2013 à 16:19

    Et auchan carrouf c'est des bisounours LOL !