Attaque et prise d'otages dans un hôtel de Bamako

le , mis à jour à 11:34
0

* Un commando d'une dizaine d'hommes armés a pris 170 personnes en otage au Radisson Blu * Les assaillants ont fait irruption aux cris d'"Allahu Akbar" * Des Français parmi les otages * Plusieurs otages ont été relâchés (précisions, contexte) par Tiemoko Diallo BAMAKO,20 novembre (Reuters) - Un commando armé a pris d'assaut vendredi un hôtel luxueux de Bamako, la capitale malienne, prenant en otages 170 personnes, dont des Français et des Chinois, a-t-on appris auprès des services de sécurité maliens et de l'exploitant du bâtiment visé. L'attaque vise l'hôtel Radisson Blu, un établissement fréquenté par de nombreux étrangers dans un quartier proche du centre ville de la capitale malienne. Aucune revendication n'a été diffusée pour l'heure, mais des sources au sein des services de sécurité ont précisé que le commando, qui serait constitué d'une dizaine d'hommes, a fait irruption dans l'hôtel en tirant et en criant "Allahu Akbar". Quelques heures après le début de l'attaque, plusieurs otages ont été relâchés, parmi lesquels des captifs qui étaient capables de réciter des versets du Coran, dit-on de source proche des services de sécurité. Dans un communiqué, le groupe hôtelier Rezidor, qui exploite le Radisson Blu de Bamako, a dit avoir "connaissance d'une prise d'otages aujourd'hui (vendredi) sur le site". "Selon nos informations, ajoute le groupe, deux personnes ont enfermé 140 clients et 30 employés." Des Français sont retenus en otage, a-t-on appris dans l'entourage de François Hollande. L'agence officielle de presse Chine nouvelle indique pour sa part que plusieurs ressortissants chinois ont été piégés à l'intérieur de l'établissement. Six employés de la compagnie aérienne turque Turkish Airlines se trouvent piégés dans l'hôtel, a indiqué un responsable turc. L'attaque a débuté vers 07h00 (07h00 GMT), a-t-on appris auprès de la sécurité de l'hôtel. Deux vigiles ont été blessés au début de l'opération. La police a encerclé l'hôtel et bloque les accès menant au quartier, rapportent des témoins. Le nord du Mali a été le théâtre d'une insurrection de groupes islamistes en 2012. L'intervention de l'armée française en janvier 2013 a bloqué leur progression vers Bamako, dans le sud du pays, et les a repoussés dans le nord. Mais le pays reste en proie à des violences sporadiques. En mars dernier, cinq personnes, dont un Français, ont été tuées dans l'attaque d'un restaurant de Bamako prisé des ressortissants étrangers. L'attaque avait été revendiquée par le groupe islamiste Al Mourabitoune, dirigé par l'Algérien Mokhtar Belmokhtar. (voir ID:nL5N0W903K ) Début septembre, les autorités maliennes ont annoncé avoir démantelé une cellule islamiste à Bamako. (voir ID:nL5N11D3UV ) (avec Joe Bavier et Ed Cropley; Nicolas Delame et Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant