Attaque des taliban contre le Parlement afghan à Kaboul

le , mis à jour à 12:57
0

(Précisions, prise d'un district par les taliban dans le Nord) KABOUL, 22 juin (Reuters) - Les forces de sécurité afghanes ont mis en échec lundi une attaque lancée par les taliban contre le Parlement afghan à Kaboul. Près de deux heures après le déclenchement de l'attaque, qui a contraint les parlementaires à se réfugier en lieu sûr, la police a annoncé que les six membres du commando qui avaient pris position près du bâtiment avaient été tués. Le commando comprenait un septième membre, qui a précipité une voiture piégée devant l'entrée du Parlement. Il a péri en faisant exploser le véhicule. Les travaux des parlementaires étaient retransmis en direct à la télévision lorsque la déflagration s'est produite. Les parlementaires sont tous sains et saufs, a ajouté un porte-parole de la police. Sur des images télévisées, on voit les parlementaires évacuer calmement le bâtiment noyé dans un nuage de fumée et de cendres. L'attaque, qu'a revendiquée un porte-parole des taliban, Zabihullah Mujahidpar, a cependant fait une vingtaine de blessés, selon les autorités médicales de Kaboul. "C'était une énorme explosion qui a ébranlé le bâtiment et fait voler des vitres en éclats", a raconté la parlementaire Shukria Barekzai. "Nous sommes à présent en lieu sûr", a-t-elle ajouté. Le Parlement se trouve dans l'ouest de Kaboul. Ces deux derniers mois, les attaques et attentats sont en augmentation dans la capitale afghane. Plusieurs parlementaires ont critiqué l'incapacité des services de sécurité à empêcher une telle attaque. "C'est un grave échec pour les services de renseignement et de sécurité du gouvernement", a dénoncé l'un d'eux, Farhad Sediqi. Le départ des troupes combattantes étrangères et la diminution des frappes aériennes a permis aux taliban d'étendre leur champ d'action et de multiplier les attaques à Kaboul et dans plusieurs provinces, notamment dans le nord du pays. Lundi, des centaines de taliban lourdement armés se sont emparés d'un nouveau district de la province de Kunduz, Dasht-e-Archi, un jour seulement après avoir pris le district de Chardara. Le gouverneur de Dasht-e-Archi, Nasruddin Saeedi, a déclaré à Reuters depuis Kunduz, où il a trouvé refuge, que son district était encerclé depuis plusieurs jours et que tous ses appels à l'aide étaient restés sans réponse. "Il y a beaucoup de combattants étrangers avec des mitrailleuses lourdes. Nous avons demandé des renforts mais ils ne sont pas arrivés", a-t-il dit. (Hamid Shalizi; Henri-Pierre André et Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant