Attaque de Nairobi : les shebab affirment que 137 otages ont péri

le
0
Attaque de Nairobi : les shebab affirment que 137 otages ont péri
Attaque de Nairobi : les shebab affirment que 137 otages ont péri

Les insurgés islamistes somaliens shebab ont affirmé mercredi matin que «137 otages» avaient péri dans l'attaque du centre commercial Westgate à Nairobi, qui a pris fin mardi soir après 80 heures de siège. Le président kényan «Uhuru Kenyatta et son gouvernement doivent être tenus pour responsables» de la perte «des vies des 137 otages qui étaient détenus par les moujahidines», ont écrit les shebab sur Twitter, accusant les forces kényanes d'avoir utilisé «des gaz chimiques» pour mettre fin au siège et d'avoir «provoqué l'effondrement du bâtiment, enterrant les preuves et tous les otages sous les décombres».

Une partie du toit et de trois étages, sur les quatre que compte le Westgate, s'est effondrée mardi. Une source sécuritaire et un pompier avaient expliqué que la structure avait sans doute été fragilisée par un incendie survenu lundi.

Des experts en explosifs inspectaient mercredi le centre commercial dévasté, à la recherche d'éventuelles bombes dissimulées par le commando avant la fin du siège du bâtiment. Les experts «vérifient qu'aucun engin explosif n'a été laissé» dans le dédale de magasins. Des robots démineurs téléguidés ont été amenés sur place. Des équipes de chiens renifleurs ont été mobilisées pour rechercher d'éventuelles bombes, mais aussi les corps de tout ou partie des portés disparus - 60 personnes au moins).

Des corps ensevelis dans les décombres

Selon le président kényan Uhuru Kenyatta, des corps ont été ensevelis dans les décombres du bâtiment, dont une partie s'est effondrée dans les affrontements qui ont suivi sa prise d'assaut par les islamistes. Le chef de l'Etat kényan a annoncé mardi soir la fin de l'attaque, après 80 heures de combats, décrétant un deuil national de trois jours à partir de mercredi et promettant de punir les auteurs de l'attaque.

Le bilan provisoire officiel fait état de 61 civils et six membres des forces de l'ordre tués. Il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant