Attaque de Boko Haram dans le sud-est du Niger, 32 soldats tués

le
0
    NIAMEY, 4 juin (Reuters) - Trente soldats nigériens et deux 
soldats nigérians ont été tués lors d'une attaque d'envergure 
menée vendredi soir par les djihadistes de Boko Haram contre la 
ville de Bosso, dans le sud-est du Niger, près de la frontière 
nigériane, annonce samedi le ministère nigérien de la Défense. 
    La localité a été reprise samedi matin par l'armée 
nigérienne et la situation est désormais "sous contrôle", 
ajoute-t-il.  
    "Vendredi (...), des centaines d'assaillants se sont 
attaqués au poste de reconnaissance de l'armée de Bosso", 
précise le ministère dans un communiqué.  
    "La contre-attaque menée tôt ce matin a permis de reprendre 
toutes les positions dans la ville de Bosso. La situation est 
sous contrôle. Le calme est revenu dans cette localité. Un 
ratissage est en cours dans le secteur avec la mobilisation de 
tous les moyens terrestres et aériens."  
    L'assaut djihadiste a également fait 7 blessés dans les 
rangs de l'armée nigérienne, 8 blessés dans les rangs nigérians, 
et "plusieurs" morts parmi les islamistes, indique le ministère. 
    Bosso fait partie de la région de Diffa, qui abrite de 
nombreux réfugiés ou déplacés fuyant la violence de Boko Haram 
et a été visée à de nombreuses reprises par des attaques 
imputées au groupe islamiste. 
    Six personnes ont été tuées le mois dernier dans le village 
de Yebi, à 4 km de Bosso.  
    Boko Haram, qui a lancé une insurrection dans le nord-est du 
Nigeria en 2009, a prêté allégeance l'an dernier à 
l'organisation djihadiste Etat islamique. 
    Les violences commises par le groupe extrémiste nigérian ont 
fait des milliers de morts et des centaines de milliers de 
déplacés.  
 
 (Boureima Balima, Marine Pennetier; Jean-Stéphane Brosse pour 
le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant